Le Bras de fer se poursuit entre la Cedeao et le Mali, Guinée et Burkina Faso

Le Bras de fer se poursuit entre la Cedeao et le Mali, Guinée et Burkina Faso

Afriqueafricajdanadir djennad

28 mars 2022

Africa Radio

Le Bras de fer se poursuit entre la Cedeao et le Mali, Guinée et Burkina Faso

La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a maintenu vendredi la pression sur

La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a maintenu
vendredi la pression sur les autorités maliennes de la transition.
La Cédéao "invite les autorités de transition (du Mali) à adhérer au calendrier de 12 à 16 mois de transition recommandé" pour la durée de la transition avant le retour des civils au pouvoir. Elle maintient les lourdes sanctions économiques infligées
au pays le 9 janvier 2022 lorsque les autorités ont annoncé leur intention de se maintenir plusieurs années à la tête du pays, annonçant qu'elle n'organiserait pas

d'élections fin février comme prévu initialement.

 La Cédéao avait ordonné en janvier la fermeture des frontières avec le Mali

au sein de l'espace sous-régional et la suspension des échanges autres que de

produits de première nécessité.Par ailleurs, l'organisation ouest-africaine a décidé
vendredi de sanctionner la Guinée si elle ne présentait pas de "calendrier acceptable pour la transition" avant fin avril 2022, et le Burkina Faso s'il ne libérait pas

l'ancien président Roch Marc Christian Kaboré d'ici au 31 mars 2022.

En invitant le président de la transition malienne à Accra, on pensait que la
CEDEAO avait adouci son discours vis à vis des autorités maliennes,
il n'en est rien.  « Nos valeurs démocratiques doivent être préservées », a souligné Jean-Claude Kassi Brou, président de la Commission de la Cedeao.


Qu'en pensez-vous ?

Comment sortir de l'impasse entre la CEDEAO et ses pays ? 

Télécharger