Le chef de l'ONU exhorte le Soudan à respecter la liberté d'expression et des médias

Par AFP

AFRICA RADIO

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, exhorte les autorités soudanaises, dans un rapport remis vendredi au Conseil de sécurité, "à respecter la liberté d'expression et de la presse", dans un environnement qu'il juge "de plus en plus hostile aux journalistes".

"Je réitère mon appel à la libération immédiate et inconditionnelle de toutes les personnes arrêtées et détenues arbitrairement, et à la cessation des arrestations de dirigeants et militants politiques de l'opposition. Ceux qui ont été inculpés devraient bénéficier d'un procès équitable", ajoute-t-il dans ce document trimestriel non encore rendu public et obtenu par l'AFP. "L'avenir de la transition soudanaise reste incertain", estime aussi Antonio Guterres. "Le coup d'Etat militaire (...) risque de faire dérailler les réalisations importantes réalisées sur les fronts international et économique et de priver le Soudan de l'aide et de l'allègement de la dette dont il a tant besoin", relève le chef de l'ONU. "Toutes les parties doivent déployer des efforts concertés pour négocier en vue de régler efficacement les problèmes non résolus de manière inclusive et d'une manière considérée comme légitime par le peuple soudanais et ses partenaires", réclame-t-il. Le chef de l'ONU dénonce par ailleurs les informations relatives à "l'utilisation de balles réelles par les forces de sécurité et militaires contre des manifestants pacifiques, faisant des morts et des blessés. C'est inacceptable", juge le secrétaire général qui "exhorte les autorités soudanaises à se conformer à leurs obligations en vertu du droit international des droits humains et à respecter les droits à la vie, à la liberté d'expression et de réunion pacifique".