Le Congo allège quelques mesures dans la lutte contre le Covid-19

Par AFP

AFRICA RADIO

Le gouvernement congolais a annoncé samedi l'allègement de certaines mesures prises dans le cadre d'une "opération coup de poing" de lutte contre le Covid-19, qui a déjà tué près de 360 personnes dans le pays, sans toutefois évoquer la menace du variant Omicron.

Cette opération avait été lancée le 18 octobre, pour 45 jours. "La Coordination nationale (de lutte contre le Covid-19) note avec satisfaction que l'opération coup de poing a rempli son office, à endiguer puis stopper la tendance dangereuse qui nous conduisait, début octobre 2021, à une troisième et forte vague de la pandémie dans notre pays", a déclaré le porte-parole du gouvernement Thierry Moungalla. Au vu de ce résultat, le gouvernement a décidé d'assouplir certaines mesures. Selon M. Moungalla, les mariages civils, coutumiers, religieux ainsi que les cérémonies de dots sont de nouveau autorisés sur l'ensemble du territoire national, dans le respect des mesures barrières. "Le couvre-feu, qui était fixé de 20H00 à 05H00 du matin pour les week-ends et jours fériés à Brazzaville et Pointe-Noire, sera désormais de 23H00 à 05H00, comme pour les autres jours de la semaine", a-t-il indiqué. La nuit de Noël et de la Saint-Sylvestre ne connaîtront pas de couvre-feu. L'"opération coup de poing" s'était fixé l'objectif de vacciner 750.000 personnes, mais le niveau de réalisation est officiellement de 39,73%. Comme tous les pays, le Congo est sous la menace d'Omicron, le nouveau variant détecté en Afrique du Sud. "Mais, nous n'avons pas encore enregistré de cas (...). Nous maintenons la surveillance au niveau de tous les points d'entrée", a indiqué à l'AFP le Dr Jean-Claude Emeka, responsable de la communication à la Coordination nationale de lutte contre le Covid-19. "Nous prenons des mesures pour qu'il n'entre pas et pour qu'on n'ait pas une circulation communautaire de ce variant", a-t-il fait savoir. Les frontières aériennes restent les seules opérationnelles.