Le Kenya veut voir une "cessation immédiate des hostilités" en Ethiopie, affirme son président

12 octobre 2021 à 17h36 par AFP

AFRICA RADIO

Le Kenya veut voir le dialogue s'instaurer entre les parties en Ethiopie, où une "cessation immédiate des hostilités" doit intervenir pour favoriser l'acheminement de l'aide humanitaire, a déclaré mardi à l'ONU son président, Uhuru Kenyatta.

Interrogé par des médias à l'issue d'une réunion du Conseil de sécurité qu'il a présidée sur la consolidation et le maintien de la paix, Uhuru Kenyatta a aussi souligné la nécessité "d'avoir une résolution politique" du conflit dans la province éthiopienne du Tigré. "Car nous ne croyons pas qu'il y ait une solution militaire" et "il faut urgemment que les parties se retrouvent autour d'une table" de négociations pour s'assurer que les "corridors humanitaires" soient maintenus ouverts, a précisé le président kényan. "Nous continuerons à pousser en ce sens, non seulement au nom du Kenya, comme voisin et membre du Conseil de sécurité, mais également via l'Union africaine", a déclaré Uhuru Kenyatta. Interrogé sur sa réaction à la décision mardi de la Cour internationale de justice (CIJ), accordant à la Somalie la majeure partie d'une zone maritime revendiquée par le Kenya, comme sur les Pandora Papers, dans lesquels son nom est cité, le président kényan a promis de prochaines prises de position. Le Tigré est le théâtre de combats depuis novembre, quand le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix 2019, y a envoyé son armée pour renverser les autorités régionales issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF). Ce parti longtemps au pouvoir à Addis Abeba est accusé par les autorités d'avoir orchestré des attaques contre des camps militaires fédéraux. La région subit depuis ce que l'ONU qualifie de "blocus humanitaire de facto", alimentant les craintes d'une famine de grande ampleur, à l'image de ce qu'avait vécu l'Ethiopie dans les années 1980.