Le Maroc et l'Allemagne renouent leurs relations après des "malentendus"

AFRICA RADIO

16 février 2022 à 19h21 par AFP

Le Maroc et l'Allemagne ont convenu mercredi de surmonter les "malentendus" et de renouer des relations "étroites et amicales" après un an de gel diplomatique, à propos notamment de la question du Sahara occidental.

Cette normalisation a été annoncée à l'issue d'une visioconférence entre le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita et son homologue allemande Annalena Baerbock, à la veille d'un sommet entre l'Union européenne (UE) et l'Union africaine (UA) à Bruxelles. "Les deux ministres ont convenu de renouer avec la qualité particulière des relations bilatérales dans tous les domaines, dans un esprit (...) de respect mutuel", indique un communiqué conjoint. "Ils ont convenu d'entamer un nouveau dialogue afin de surmonter les malentendus dans leurs relations", souligne la même source. L'Allemagne est l'un des principaux partenaires économiques et commerciaux du royaume chérifien. Premier signe concret du dégel diplomatique, l'ambassadrice du Maroc en Allemagne, Zohour Alaoui, est de retour à Berlin tandis que le nouvel ambassadeur allemand devrait arriver "prochainement" à Rabat, précise le communiqué. Rabat avait suspendu tous ses contacts avec l'ambassade d'Allemagne au Maroc le 1er mars 2021 en raison de "malentendus profonds" avec Berlin. L'ambassadrice marocaine avait été rappelée pour consultation, Berlin étant notamment accusé d'"actes hostiles". Le poste d'ambassadeur d'Allemagne au Maroc est depuis resté vacant. Parmi les points de friction, figurait la position de l'Allemagne sur le Sahara occidental, critiquant la décision américaine de reconnaître la souveraineté du Maroc sur ce territoire disputé. La brouille diplomatique avait commencé à se dissiper fin décembre quand Rabat a salué des déclarations "positives" de la part du nouveau gouvernement allemand. Rabat a surtout pris acte des propos du président allemand Frank-Walter Steinmeier selon lequel Berlin "considère le plan d'autonomie présenté en 2007 comme un effort sérieux et crédible du Maroc et comme une bonne base pour parvenir à un accord" sur le Sahara occidental. Cette ex-colonie espagnole, considérée comme un "territoire non autonome" par l'ONU, oppose depuis des décennies le Maroc aux indépendantistes sahraouis du Front Polisario, soutenus par Alger. Rabat, qui contrôle près de 80% de ce vaste territoire désertique au riche sous-sol et bordant des eaux poissonneuses, prône un plan d'autonomie sous sa souveraineté. Le Polisario réclame pour sa part le référendum d'autodétermination sous l'égide de l'ONU qui avait été prévu lors de la signature en 1991 d'un cessez-le feu mais jamais concrétisé.