Le ministre français de l'Intérieur au Sénégal mardi pour parler immigration et sécurité

AFRICA RADIO

19 décembre 2022 à 13h51 par AFP

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin se rend mardi au Sénégal pour évoquer les questions migratoires et de sécurité, en particulier les sujets des visas et des trafiquants de crack, a indiqué lundi le ministère de l'Intérieur.

Le premier déplacement sur place du ministre de l'Intérieur français, Gérald Darmanin, intervient dans le prolongement d'un séminaire intergouvernemental franco-sénégalais qui s'est tenu début décembre en France avec une vingtaine de ministres des deux pays. Gérald Darmanin s'entretiendra avec le Premier ministre sénégalais Amadou Ba, et rencontrera son homologue à l'Intérieur Sur le volet sécurité, ils évoqueront la "poursuite du soutien" aux policiers sénégalais, via leur formation, y compris en matière cyber. Le pays est un "partenaire essentiel" pour la "stabilité" de la région sahélienne marquée par une "augmentation de la menace terroriste", a rappelé le ministère de l'Intérieur. La lutte contre le trafic de stupéfiants, en "augmentation" au Sénégal, sera aussi abordée. Objectif: développer le "partage d'informations" entre les deux pays, avec notamment des officiers de liaisons sénégalais en France. Concernant l'immigration irrégulière, l'enjeu est de travailler sur la "coopération" entre les deux Etats pour les expulsions des ressortissants en situation irrégulière, notamment les dealers de crack à Paris, dont le ministre Darmanin a fait une de ses priorités. La coopération "s'est améliorée" ces derniers mois, a souligné le ministère. Sur le volet immigration légale "nous serons à l'écoute des demandes" du Sénégal pour faciliter l'immigration de "certaines catégories notamment les professionnels et les jeunes actifs", a poursuivi le ministère. Gérald Darmanin visitera le centre de dépôt des demandes de visas. Leur délivrance a connu des "difficultés" ces derniers mois, a reconnu le ministère, avec des délais de rendez-vous importants. Les discussions doivent enfin porter sur la façon dont la France contribuera à la sécurisation des Jeux Olympiques de la jeunesse à Dakar en 2026.