Le Nigeria répertorie les gangs criminels du nord-ouest comme "groupes terroristes"

Par AFP

AFRICA RADIO

Le gouvernement du Nigeria a officiellement inscrit mercredi comme "groupes terroristes" les gangs criminels qui écument le nord-ouest du pays et s'y livrent notamment à des enlèvements de masse.

Des bandes criminelles lourdement armées sèment depuis des années la terreur parmi les populations des Etats du nord-ouest et du nord du Nigeria, attaquant les villages, les pillant et enlevant leurs habitants en vue d'obtenir des rançons, et la violence ne fait que s'étendre. Le gouvernement du président Muhammadu Buhari, qui affronte également depuis une décennie des groupes jihadistes dans le nord-est, est sous pression pour mettre fin aux activités de ces gangs criminels. Dans le Journal officiel publié mercredi, le gouvernement fédéral nigérian référence les activités des Yan Bindiga et Yan Ta'adda - dénomination en langue haoussa des "bandits", tels qu'ils sont appelés localement - comme des "actes de terrorisme". Ces activités vont du vol de bétail aux enlèvements, notamment d'écoliers, dans le but d'obtenir des rançons, en passant par la destruction de biens. Cette qualification implique des sanctions plus dures, prévues par la loi sur la prévention du terrorisme, pour les membres de ces gangs, leurs informateurs et leurs soutiens, tels que ceux leur fournissant du carburant et de la nourriture. Les journaux nigérians font quotidiennement état de raids de ces "bandits" sur des villages et communautés. Les forces de sécurité ont annoncé des opérations contre ces gangs, incluant des raids aériens et des coupures de réseaux mobiles dans certaines parties du nord-ouest du Nigeria, afin de tenter d'extirper ces "bandits" de leurs repaires des forêts de la région. Mardi, la police a annoncé avoir libéré une centaine de personnes enlevées, lors de deux raids contre des camps de ces gangs dans l'Etat du Zamfara (nord-ouest). Ces dernières années, ces gangs criminels ont fait la une des médias internationaux lors d'une série d'attaques d'envergure contre des établissements scolaires et universitaires d'où ils ont enlevé plusieurs dizaines d'élèves, dont certains sont toujours leurs otages. Cette violence criminelle trouve ses racines dans les conflits entre pasteurs nomades et agriculteurs sédentaires à propos de la terre et des ressources telles que l'eau. Mais le cycle des attaques et représailles s'est transformé au fil des années en phénomène criminel.