Le président sud-africain relativise après le revers de l'ANC aux municipales

Par AFP

AFRICA RADIO

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a relativisé lundi le revers historique subi la semaine dernière aux municipales par le Congrès national africain (ANC), rappelant que le parti au pouvoir depuis la fin de l'apartheid restait majoritaire.

Selon les résultats officiels, l'ANC n'a recueilli que 46% des voix, de loin le plus mauvais résultat pour le parti de Nelson Mandela depuis les premières élections démocratiques organisées en 1994. "La réalité est que l'ANC est encore, avec une marge importante, l'organisation politique la plus populaire du pays", a toutefois assuré Cyril Ramaphosa durant une réunion post-électorale du parti à Soweto. "Nous ne sommes pas découragés par les résultats parce que nous ne sommes pas battus. Nous ne sommes pas abattus", a-t-il ajouté. Le parti au pouvoir est arrivé en tête dans 161 des 213 conseils locaux en jeu. L'ANC, qui avait remporté tous les scrutins à la majorité absolue depuis 1994, va être contraint de former des coalitions, en particulier dans les grandes villes où son recul a été le plus marqué. "Nous ne serons pas à genoux (pour des accords de coalition) et si nous devons être dans l'opposition, nous serons l'opposition", a-t-il déclaré sous les applaudissements des membres du parti, réunis dans une salle du campus universitaire. Depuis des années, le parti de la libération fait face à la désillusion d'une population confrontée à un chômage record (34,4%) et écoeurée par les multiples scandales de corruption impliquant des hauts responsables du parti, dont l'ex-président Jacob Zuma (2009-2018). En 2016, l'ANC avait recueilli 54% des voix et déjà perdu des villes clés dont Pretoria et la capitale économique, Johannesburg.