Le Royaume-Uni appelle ses ressortissants à quitter "immédiatement" l'Ethiopie

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Royaume-Uni a appelé mercredi ses ressortissants à quitter "immédiatement" l'Ethiopie, où des combats se rapprochent de la capitale après plus d'une année de guerre entre forces gouvernementales et rebelles dans le nord du pays.

"La situation en Ethiopie se détériore rapidement. Dans les prochains jours, les combats pourraient se rapprocher d'Addis Abeba, ce qui pourrait fortement limiter les possibilités pour les Britanniques de quitter" le pays, a déclaré la secrétaire d'Etat chargée de l'Afrique, Vicky Ford, dans un communiqué. "J'exhorte tous les citoyens britanniques - quelles que soient les circonstances - à partir immédiatement pendant que des vols commerciaux sont facilement accessibles" et que l'aéroport international d'Addis Abeba "reste ouvert", a-t-elle ajouté. "Ceux qui choisissent de ne pas partir maintenant devraient se préparer à trouver un abri dans un endroit sûr au cours des prochaines semaines. Nous ne pouvons garantir qu'il y aura des options pour quitter l'Ethiopie à l'avenir", a-t-elle insisté. Des prêts sans intérêts sont disponibles pour les Britanniques qui n'auraient pas les moyens de se payer un vol vers le Royaume-Uni, selon elle. Le Royaume-Uni avait déjà conseillé le 9 novembre à ses ressortissants de quitter le pays où la communauté internationale ne parvient pas à obtenir un cessez-le-feu. Le Premier ministre Abiy Ahmed a envoyé début novembre 2020 l'armée fédérale au Tigré afin de destituer les autorités de cette région, issues du Front de libération du Tigré (TPLF), qui défiaient son autorité et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires. M. Abiy, Prix Nobel de la paix 2019, avait proclamé la victoire trois semaines plus tard, après la prise de la capitale régionale Mekele. Mais en juin, les combattants pro-TPLF ont repris l'essentiel du Tigré et ont poursuivi leur offensive dans les régions voisines de l'Amhara et de l'Afar. La France a elle aussi appelé ses ressortissants à quitter "sans délai" l'Ethiopie, de même que l'Irlande dont quatre diplomates sur six en poste à Addis Abbeba ont été expulsés. L'ONU va évacuer d'ici à ce jeudi les familles de ses employés internationaux.