Législatives en France : Au 2ème tour, « la surprise pourrait être du côté du RN » (Analyste)

Emmanuel Nkunzumwami, analyste politique et auteur de plusieurs ouvrages

17 juin 2022 à 11h42 par Lilianne NYATCHA / Africa Radio

A l'issue du premier tour des élections législatives du 12 juin en France, « Ensemble », coalition de la majorité et celle de la gauche, « Nupes » se talonnent avec respectivement 25,75 % contre 25,66 % pour Nupes. Le Rassemblement national (RN) arrive troisième avec 18%. A quoi doit-on s’attendre au 2ème tour prévu le 19 juin prochain ? Lilianne NYATCHA a interrogé Emmanuel Nkunzumwami, analyste politique et auteur de plusieurs ouvrages dont La nouvelle dynamique politique en France publié en 2007 et La conquête de l'extrême-droite en France sorti en 2014 .

Que vous inspire le résultat de ce 1er tour ?

Nous retrouvons la situation que nous avons connue au 1er tour de l’élection présidentielle. Souvenez-vous, nous avions toujours le trio Emmanuel Macron-Marine Le Pen- Jean-Luc Mélenchon. On les retrouve dans les législatives. A la différence que dans ces législatives, nous sommes dans un ensemble d’élections locales dans des circonscriptions à la majorité uninominale à deux tours. Autrement dit, « Nupes » et « Ensemble » sont au coude à coude. En gros 26% pour chacun de ces deux groupes. Après, il y a le RN qui n’est pas très loin des 20%. Ça c'est pour les grands ensembles. Mais à l'intérieur de ces ensembles, nous avons des situations très variées.

En exemple, « NUPES » pour avoir la majorité à l'assemblée nationale, devra réunir 289 (deux cent quatre-vingt-neuf) députés ; il en a eu déjà quatre au 1er tour. Il reste qu’il fasse un effort pour en trouver 285 (deux cent quatre-vingt-cinq). En revanche, « Ensemble » n’a eu qu’un seul député élu au 1er tour. Ce qui fait qu’il lui reste encore 288 (deux-cents quatre-vingt-huit) à trouver au second tour. La situation est un peu compliquée de ce point de vue-là. Enfin, le RN qui est la 3è force de ces élections législatives n'a pas eu de député élu au 1er tour. Mais encore une fois le RN n'a pas la prétention de rassembler la majorité, il se contente simplement d'avoir un groupe fort pour peser au sein des débats à l'assemblée nationale.

Le RN arrive justement 3è dans ce premier tour, devant LR, Les Républicains. Est-ce qu’on peut s’attendre à des progrès significatifs de ces deux partis le 19 juin prochain au détriment des deux principales coalitions, NUPES et Ensemble ?

Le LR ne peut pas progresser significativement. En gros, si on mélange LR et UDI (Union des démocrates et indépendants), ils pourraient avoir tout au plus 80 ou 90 députés à l’Assemblée nationale. La surprise n’est donc pas du côté LR ou UDI. La surprise pourrait plutôt être du côté RN parce qu’aujourd’hui, même si le RN se maintient dans 200 (deux-cents) circonscriptions, c'est deux fois plus qu'en 2017. Alors que la majorité présidentielle et NUPES se maintiennent dans 400 circonscriptions.

Ce qui peut nous surprendre, c’est comment les électeurs vont finalement se prononcer au deuxième tour pour les candidats du RN. La majorité présidentielle est beaucoup présente à l'ouest tandis que NUPES, la grande coalition de la gauche, est dans les grandes agglomérations. Le RN a trouvé ses bastions dans "la pression des souverainistes en France", comme je l’ai appelé dans un ouvrage que j’ai écrit en 2019.

Il y a aussi eu 58% de taux d'abstention lors de ce premier tour. Ça nous rappelle que les abstentionnistes ont aussi fait entendre leur voix. Est-ce que on peut s'attendre à un sursaut lors du second tour ? On a entendu un appel de pied de la part de Jean-Luc Mélenchon, leader de la France insoumise en direction de ces abstentionnistes.....

Il n'y aura pas significativement de rebond sur l'abstention parce que dans les élections législatives lorsque nous avons 50% de taux de participation, c'est vraiment le plafond, on a rarement plus. Ce qui peut arriver c’est de simplement appeler le sursaut de tous les électeurs, les électeurs de rejet des candidats RN, NUPES et d’Ensemble. Mais dans tous les cas, le taux d’abstention ne bougera pas de façon significative pour renverser les rapports de force actuels.

Décryptage des résultats du premier tour des élections législatives du 12 juin en France