Les Etats-Unis en difficulté au Conseil de sécurité de l'ONU sur le Sahara occidental

Par AFP

AFRICA RADIO

Les Etats-Unis étaient mercredi en difficulté à l'ONU pour faire approuver par le Conseil de sécurité un projet de résolution prolongeant d'un an le mandat de la mission onusienne au Sahara occidental, après l'opposition de l'Algérie à reprendre des tables rondes avec le Maroc, selon des diplomates.

La Russie a bloqué dans la matinée le projet de résolution rédigé par Washington, en charge du dossier aux Nations unies, ont indiqué à l'AFP plusieurs diplomates. A l'origine, le texte devait être adopté ce mercredi. Un vote n'est désormais plus attendu que vendredi alors que le mandat de la Minurso, la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental, expire dimanche. Selon un diplomate, Moscou n'est "pas satisfait avec des paragraphes relatifs au processus politique" et appuie aussi le refus de l'Algérie de reprendre les tables rondes, comme celles organisées en Suisse par l'ex-émissaire de l'ONU Horst Köhler jusqu'au printemps 2019 avant de démissionner face à l'absence de percée. Successeur nommé récemment, l'Italien Staffan de Mistura doit relancer la médiation onusienne à compter du 1er novembre. Face aux Etats-Unis, la Russie n'est pas seule. "Pour le Kenya, notre ligne rouge est la question de l'autodétermination", a affirmé mercredi à l'AFP son ambassadeur à l'ONU, Martin Kimani, président en exercice du Conseil de sécurité. "Nous voulons que l'autodétermination soit clairement indiquée dans la résolution", a-t-il précisé en soulignant qu'il s'exprimait en sa capacité nationale. "Pour nous, par principe, s'il n'y a pas de reconnaissance du droit à l'autodétermination, alors nous aurons beaucoup de mal avec la résolution", a insisté l'ambassadeur kenyan. Selon un diplomate s'exprimant sous anonymat, le Kenya est aussi "préoccupé par le problème" soulevé par l'Algérie. "Mais les Etats-Unis font pression sur eux", a-t-il dit. Ces derniers jours, Alger est monté au créneau à plusieurs reprises pour dire à l'ONU son opposition à reprendre un format de table ronde pour des négociations, jugé "contreproductif". Ce format préconisé par le Conseil de sécurité et qui figurait encore mercredi dans un projet de texte américain obtenu par l'AFP implique le Maroc et les indépendantistes sahraouis du Front Polisario, ainsi que l'Algérie et la Mauritanie, en tant qu'observateurs. Alger milite depuis longtemps pour que des négociations directes soient établies entre le Maroc et le Front Polisario. Ni la mission diplomatique des Etats-Unis, ni celle de l'Algérie à l'ONU n'ont répondu à des demandes de commentaires. Le Sahara occidental, ex-colonie espagnole, est considéré comme un "territoire non autonome" par l'ONU en l'absence d'un règlement définitif. Il oppose depuis des décennies le Maroc au Front Polisario, soutenu par Alger. Rabat, qui contrôle près de 80% de ce vaste territoire désertique au riche sous-sol et bordant des eaux poissonneuses, propose un plan d'autonomie sous sa souveraineté. Le Polisario, lui, réclame le référendum d'autodétermination sous l'égide de l'ONU qui avait été prévu lors de la signature en 1991 d'un cessez-le feu.