Les Etats-Unis saluent une embellie politique au Burundi et lèvent des sanctions

Par AFP

AFRICA RADIO

Les Etats-Unis ont annoncé jeudi la levée des sanctions imposées en 2015 au Burundi alors secoué par une violente crise politique, saluant une embellie depuis l'élection d'Evariste Ndayishimiye en mai 2020 à la présidence du pays d'Afrique des Grands Lacs.

Dans un décret, le président américain Joe Biden affirme que la situation qui avait justifié ces sanctions, notamment "les meurtres et violences contre des civils" et la "répression politique", avait été "modifiée de manière significative par les événements de l'année écoulée". Il évoque "le transfert du pouvoir après les élections de 2020, une réduction significative de la violence, et les réformes engagées par le président Ndayishimiye dans de nombreux secteurs". "Nous reconnaissons les progrès réalisés par le président Ndayishimiye contre le trafic d'êtres humains, en matière de réformes économiques et dans le combat contre la corruption, et nous l'encourageons à poursuivre dans cette voie", a dit le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken dans un communiqué. En 2015, la volonté du président de l'époque, Pierre Nkurunziza, de se faire élire pour un troisième mandat controversé avait déclenché une crise profonde et meurtrière qui a fait 1.200 morts et poussé à l'exil quelque 400.000 Burundais. Washington avait alors imposé des sanctions ciblées contre plusieurs Burundais -- des hauts responsables dont le numéro deux de fait du régime mais aussi un opposant accusé de soutenir la rébellion armée. Dans sa décision de jeudi, Joe Biden abroge le décret de novembre 2015 qui avait ouvert la voie à ces sanctions, qui sont donc levées. Antony Blinken a précisé que la levée des sanctions financières et interdictions d'entrée aux Etats-Unis concernait onze personnes. Resté au pouvoir jusqu'à la mi-2020, Pierre Nkurunziza est décédé quelques semaines après l'élection d'Evariste Ndayishimiye, son successeur désigné. L'élection de ce dernier avait suscité un espoir d'ouverture dans le petit pays, parmi les plus pauvres au monde, après des années marquées par des exécutions sommaires, des disparitions et des détentions arbitraires. Mais dans son dernier rapport publié en septembre, la Commission d'enquête de l'ONU sur le Burundi affirme que malgré certaines améliorations, la situation globale a empiré pour les partis d'opposition, les journalistes et les ONG, qui font face à une répression renouvelée.