Libye: l'ex ministre Bachagha officiellement candidat à la présidentielle

Par AFP

AFRICA RADIO

L'ancien ministre libyen de l'Intérieur, Fathi Bachagha, a présenté officiellement jeudi sa candidature à l'élection présidentielle prévue en décembre.

"Moi, Fathi Bachagha, je déclare ma candidature à l'élection présidentielle", a-t-il déclaré après le dépôt de sa candidature au bureau de la Haute commission électorale (HNEC) à Tripoli. La candidature de l'ex-influent ministre de l'Intérieur porte à 15 selon la HNEC le nombre de candidats officiellement enregistrés pour l'élection du 24 décembre et parmi lesquels figurent notamment Seif al-Islam Kadhafi, fils du dirigeant libyen renversé et tué en 2011, et Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est du pays. Mercredi soir, le président du Parlement libyen Aguila Saleh, 77 ans, a annoncé sa candidature dans un discours télévisé mais n'a pas encore déposé son dossier. Ancien pilote de chasse, M. Bachagha, 59 ans, avait échoué en février dans sa quête de prendre la tête de l'exécutif intérimaire face à l'actuel Premier ministre Abdelhamid Dbeibah. Acteur clef du Conseil militaire de Misrata (ouest), mis en place pendant la révolution, M. Bachagha s'est fait connaître du grand public durant son passage à la tête du ministère de l'Intérieur de 2018 à début 2021. Quelques jours avant de céder son poste de ministre de l'Intérieur, il avait échappé à une tentative d'assassinat près de Tripoli. Tandis qu'une myriade de milices font la loi dans l'ouest de la Libye, il avait mené en tant que ministre une campagne pour réduire leur influence, en offrant notamment des stages de formation aux miliciens ayant accepté d'intégrer les forces de l'ordre. Depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, le pays d'Afrique du Nord est miné par les rivalités entre les principales régions, les luttes de pouvoir et les ingérences étrangères. Les infrastructures sont à plat, l'économie en lambeaux et les services défaillants. L'élection présidentielle, la première d'un chef d'Etat libyen au suffrage universel, est censée être l'aboutissement d'un processus politique laborieux parrainé par l'ONU. Plus de 2,83 millions de Libyens, sur environ sept millions d'habitants, se sont inscrits pour voter.