Nouvelle application Africa Radio

Libye: le gouvernement nie vouloir louer un port à des forces étrangères

Le gouvernement d'unité nationale libyen, basé à Tripoli et reconnu par l'ONU, a démenti jeudi avoir cédé les droits sur un important port civil ou autorisé son utilisation comme base militaire par des forces étrangères.

AFRICA RADIO

17 août 2023 à 21h21 par AFP

"Ce qui se dit sur la cession par l'Etat ou l'autorisation de l'exploitation du port maritime d'al-Khoms comme base navale étrangère est incorrect et sans fondement", a déclaré Mohamed Hamuda, le porte-parole du gouvernement d'Abdelhamid Dbeibah. Il a fait cette déclaration au port d'al-Khoms, avec à ses côtés le chef d'état-major de la marine libyenne, Noureddine el-Bouni, et le directeur de l'Autorité des ports et du transport maritime, Mohamed el-Siwiwi. Le porte-parole réagissait aux protestations de centaines d'habitants de cette ville côtière, située à 120 km à l'est de Tripoli, qui accusent le gouvernement de vouloir céder une partie de ce port civil au profit de la Turquie, pays allié du gouvernement Dbeibah, et à des fins militaires. De dimanche à jeudi matin, ils ont incendié des pneus, barré les routes et bloqué l'accès à cet important port commercial, selon des vidéos sur les réseaux sociaux. Appelant à la retenue, M. Hamuda a mis en garde contre toute "atteinte à l'intérêt public", affirmant que de tels faits "exposent les auteurs à des poursuites pénales". Le Premier ministre Abdelhamid Dbeibah accorde "une grande importance" à ce port commercial avec des projets de le développer pour accroître les échanges "avec d'autres Etats", a-t-il ajouté. Le port d'al-Khoms, l'un des plus grands et importants ports de Libye, peut accueillir un million de tonnes de conteneurs par an. Avec celui de Misrata, plus à l'est, il est considéré comme un site stratégique. Ces manifestations ont été occultées par de violents combats lundi et mardi à l'arme lourde entre deux groupes armés à Tripoli (ouest de la Libye), les pires depuis un an, qui ont fait 55 morts et 146 blessés. La Libye, riche en pétrole, a plongé dans le chaos sécuritaire après la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi. Deux gouvernements s'y disputent le pouvoir depuis un an: celui de l'Ouest de M. Dbeibah et celui dans l'Est soutenu par le puissant maréchal Khalifa Haftar.