Libye: le secteur pétrolier doit rester à l'abri des querelles politiques (Occidentaux)

AFRICA RADIO

25 février 2022 à 18h36 par AFP

Les Etats-Unis, la France, l'Allemagne, l'Italie et le Royaume-Uni ont appelé vendredi les différents protagonistes en Libye à préserver le caractère "apolitique" de la Compagnie nationale de pétrole (NOC), sur fond de tensions entre son patron et le ministre de tutelle.

Dans un communiqué conjoint, les ambassades de ces cinq pays à Tripoli ont appelé au respect de "l'unité, l'intégrité et l'indépendance de la NOC" et à préserver sa "nature apolitique et technique". Tout en saluant "l'engagement de la NOC à améliorer la transparence de ses finances", les représentations diplomatiques ont "mis en garde contre tout acte susceptible de la saper" et souligné la "nécessité d'éviter toute action qui pourrait menacer la paix, la sécurité et la stabilité de la Libye", en accord avec les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies. Cet appel survient sur fond de tensions importantes entre Mustafa Sanalla, le puissant patron de la NOC et le ministre du Pétrole, Mohamad Aoun. M. Aoun a tenté à plusieurs reprises au cours des derniers mois de suspendre M. Sanalla de ses fonctions et l'a récemment accusé, selon la presse locale, d'"espionner son bureau" et de gérer l'argent du pétrole "comme s'il s'agissait de son propre argent". Depuis sa prise de fonction en 2014, M. Sanalla s'est imposé comme un interlocuteur de choix des partenaires étrangers, parmi lesquels des majors mondiaux du secteur. Il s'est aussi efforcé de maintenir un tant soit peu la production quand la guerre faisait rage dans le pays et de l'augmenter durant les périodes de retour au calme. La Libye, qui dispose des réserves pétrolières les plus abondantes d'Afrique, tente de s'extirper d'une décennie de chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. Après des périodes de fortes baisses, la production est remontée actuellement à 1,2 million de barils par jour, contre 1,5 à 1,6 million avant 2011. Ces dernières années, l'activité économique du pays, très dépendante de la rente pétrolière, a pâti des divisions entre les camps rivaux de l'Est et de l'Ouest. Malgré ces difficultés, la NOC a annoncé récemment des recettes nettes d'exportations record, avec plus de 21,5 milliards de dollars pour 2021.