Libye: les discussions à Genève se terminent sans accord sur les élections

AFRICA RADIO

30 juin 2022 à 14h36 par AFP

Les pourparlers menés à l'ONU entre les présidents des deux chambres libyennes rivales ont pris fin sans accord sur un cadre constitutionnel permettant la tenue d'élections nationales.

"Si les progrès réalisés lors des trois cycles de consultations au Caire et de ce cycle à Genève sont importants, ils restent insuffisants", a déclaré l'émissaire de l'ONU, Stephanie Williams, à l'issue de ces trois jours de discussions menées au siège de l'ONU à Genève. Deux gouvernements se disputent le pouvoir depuis mars: l'un basé à Tripoli et dirigé par Abdelhamid Dbeibah depuis 2021 et un autre conduit par Fathi Bachagha et soutenu par le camp du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est. Des scrutins présidentiel et législatif devaient initialement se tenir en décembre 2021 en Libye, pour couronner un processus de paix parrainé par l'ONU après les violences de 2020. Mais ils ont été reportés sine die, en raison de fortes divergences entre rivaux politiques et des tensions sur le terrain, avec des affrontements armés de plus en plus récurrents entre milices rivales à Tripoli. "Malgré les progrès réalisés pendant les négociations cette semaine entre les chefs des chambres, un désaccord persiste sur les conditions d'éligibilité des candidats aux premières élections présidentielles", a affirmé Mme Williams. Selon les médias libyens, les divergences portent notamment sur la possibilité pour les double nationaux de se présenter ou pas. L'exclusion des double nationaux reviendrait en effet à exclure Khalifa Haftar, qui détient la nationalité américaine. "J'exhorte les deux chambres à surmonter le désaccord pendant dès que possible. Je continue également d'exhorter tous les acteurs et toutes les parties en Libye à ne pas prendre de mesures précipitées et à souligner que le calme et la stabilité doivent être maintenus", a indiqué Mme Williams. Elle a par ailleurs fait état "de consensus sans précédent sur un certain nombre de questions de longue date, notamment la désignation du siège et la répartition des sièges pour les deux chambres du pouvoir législatif". Mme Williams a également cité "la répartition des responsabilités entre le président, le Premier ministre, le cabinet et le gouvernement local; la forme spécifique de décentralisation, y compris la délimitation du nombre de gouvernorats et leurs pouvoirs; un mécanisme de répartition des revenus pour les différents niveaux de gouvernement; et une représentation accrue des composantes culturelles". La Libye est plongée dans le chaos depuis la chute du régime du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011.