Macron poursuit sa visite en Algérie pour "bâtir l'avenir"

AFRICA RADIO

26 août 2022 à 12h06 par AFP

Le président français, Emmanuel Macron, poursuit vendredi une visite de trois jours en Algérie, destinée à "bâtir l'avenir" sans rien occulter du passé colonial, en mettant l'accent sur les jeunes entrepreneurs et start-up.

Alger (AFP)

Le chef de l'Etat est arrivé au cimetière européen Saint-Eugène, le principal de la capitale du temps de la colonisation française de l'Algérie.Il a déposé une gerbe devant un monument aux "morts pour la France", pendant que retentissait la "sonnerie aux morts" avant la Marseillaise entonnée par le choeur de l'armée française.

Ensuite, au milieu des pins et cyprès, il a longuement déambulé entre les différents secteurs, chrétien, militaire, puis s'est particulièrement attardé dans le carré juif.Devant la tombe en marbre de Roger Hanin, acteur metteur en scène né en Algérie, il s'est recueilli avec à ses côtés le réalisateur Alexandre Arcady et l'économiste Jacques Attali, tous deux nés en Algérie. 

Autre temps fort de la journée placée sous le signe de la relance du partenariat bilatéral, M. Macron rencontrera de jeunes entrepreneurs avec l'ambition de créer un incubateur franco-algérien de start-up numériques.

Il visitera aussi la Grande mosquée d'Alger, avec son minaret monumental, avant de rejoindre Oran (ouest), deuxième ville du pays réputée pour son ouverture d'esprit et sa créativité.

Le président français et son homologue algérien Abdelmadjid Tebboune ont scellé leur réconciliation jeudi lors d'un entretien de plus de deux heures, après des mois de brouille diplomatique.

M. Tebboune s'est félicité de "résultats encourageants" qui permettent de "tracer des perspectives prometteuses dans le partenariat spécial qui nous lie".

France et Algérie vont relancer plusieurs comités intergouvernementaux notamment dans les domaines économique et stratégique, a-t-il annoncé.

La visite coïncide avec le 60e anniversaire de la fin de la guerre et la proclamation de l'indépendance de l'Algérie en 1962.

Le président français a souligné la volonté des deux pays de regarder vers l'avenir et "travailler ensemble sur ce "passé commun(...) complexe, douloureux".

Alger et Paris vont créer "une commission mixte d'historiens" afin de "regarder l'ensemble de cette période historique", "du début de la colonisation à la guerre de libération, sans tabou, avec une volonté (...) d'accès complet à nos archives", a dit M. Macron. 

- Gaz et visas -

Les deux dirigeants ont aussi abordé la situation du Mali, d'où l'armée française vient de se retirer, du reste du Sahel, de la Libye et du Sahara occidental qui "requièrent des efforts conjugués pour consolider la stabilité dans la région", a relevé M. Tebboune.

Le Sahara occidental, revendiqué par les indépendantistes du Front Polisario, exacerbe la rivalité régionale entre l'Algérie et le Maroc, qui revendique la "marocanité" de ce terriroire. 

Les livraisons de gaz algérien à l'Europe sont aussi dans tous les esprits.Depuis le début de la guerre en Ukraine, l'Algérie, premier producteur de gaz en Afrique et l'un des dix premiers au monde, est très sollicitée par des Européens pressés de réduire leur dépendance à l'égard du gaz russe.

C'est la deuxième fois qu'Emmanuel Macron se rend en Algérie en tant que président, après une première visite en décembre 2017.

Les relations entre les deux pays étaient alors au beau fixe avec un jeune président français, né après 1962, qui avait qualifié avant son élection la colonisation française de "crime contre l'humanité".

Mais elles ont rapidement tourné court, rattrapées par des mémoires difficilement conciliables après 132 ans de colonisation, une guerre sanglante et le départ d'un million de Français d'Algérie en 1962. 

Les excuses attendues par Alger pour la colonisation ne sont jamais venues.En octobre 2021, des propos d'Emmanuel Macron sur le "système politico-militaire" algérien et la nation algérienne ont provoqué une grave rupture. 

Le locataire de l'Elysée a fait depuis amende honorable et les deux présidents ont remis progressivement en route le partenariat bilatéral.

Mais la question délicate des visas attribués par la France, dont le nombre a été divisé par deux, a notamment continué de peser sur les relations mutuelles.

M. Macron y a fait allusion jeudi en évoquant des décisions prises pour "une mobilité choisie" en faveur des sportifs, entrepreneurs ou universitaires afin de "bâtir davantage de projets communs".