Mali: l'organe législatif va réviser la charte de la transition et la loi électorale

AFRICA RADIO

5 février 2022 à 0h21 par AFP

L'organe législatif nommé par les autorités maliennes, dominées par les militaires, est convoqué en session extraordinaire pour réviser la charte de la transition et la loi électorale pour un nouveau calendrier, selon un décret présidentiel.

Le Conseil national de transition (CNT), qui tient lieu de parlement de transition, est "convoqué en session extraordinaire le vendredi 4 février et jours suivants", indique ce décret lu vendredi soir sur la télévision publique. L'ordre du jour du CNT va notamment porter sur "la révision de la charte de la transition et la loi électorale" en vue d'un nouveau calendrier, selon ce texte qui ne donne pas plus de détails. La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et l'Union économique et monétaire ouest africaine (Uémoa) ont pris le 9 janvier une batterie de mesures économiques et diplomatiques vigoureuses à l'encontre du Mali pour sanctionner l'intention de la junte de se maintenir au pouvoir encore plusieurs années, après deux putschs en août 2020 puis en mai 2021. Elles ont suspendu, avec effet immédiat, toutes les transactions commerciales et financières des Etats membres avec le Mali, hors produits de grande consommation et de première nécessité. Elle ont aussi gelé les avoirs du Mali dans les banques centrales de la Cédéao et dans les banques commerciales des Etats membres, et suspendu toute aide et transaction financière en faveur du Mali de la part des institutions de financement de l'organisation. Les Etats ouest-africains, appuyés par la communauté internationale, exigent de la junte au Mali de réduire la durée de la transition et de présenter un nouveau calendrier pour les élections. Les colonels, auteurs des deux putschs, n'ont pas tenu leur promesse initiale d'organiser le 27 février prochain des élections présidentielle et législatives qui auraient ramené des civils à la tête du pays. Le CNT est convoqué après une rencontre mercredi à Bamako entre le comité local de suivi de la transition et des membres du gouvernement dont le ministre des Affaires étrangères Abdoulaye Diop, selon un journaliste de l'AFP. Ce comité local est notamment formé de représentants de la Mission de l'ONU au Mali et d'ambassadeurs de la Cédéao. Le Mali est le théâtre depuis 2012 des opérations de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda et à l'organisation Etat islamique, ainsi qu'aux violences de toutes sortes perpétrées par des milices autoproclamées d'autodéfense et des bandits. Les forces régulières sont elles-mêmes accusées d'exactions. Les violences parties du nord en 2012 se sont propagées au centre, puis au Burkina Faso et au Niger voisins. Elles ont fait des milliers de morts civils et militaires ainsi que des centaines de milliers de déplacés, malgré le déploiement de forces onusiennes, françaises et africaines.