Mali: levée de la suspension d'une chaîne d'information

AFRICA RADIO

1er décembre 2022 à 20h21 par AFP

La Haute autorité de la communication du Mali (HAC) a annoncé jeudi la levée de la mesure de suspension d'une des principales chaînes d'information du pays, prise début novembre après des propos critiques d'un de ses journalistes contre la junte au pouvoir.

La HAC avait décidé le 3 novembre de suspendre pour deux mois Joliba TV à laquelle elle reprochait "des manquements et violations graves et répétées aux dispositions substantielles du Code de déontologie du journalisme au Mali". Dans un communiqué transmis jeudi à l'AFP, la HAC dit avoir pris "en compte la médiation et les appels à la clémence de la Maison de la presse et d'autres associations professionnelles des médias", et avoir été "sensible (aux) conséquences économiques" de la mesure sur la chaîne et ses collaborateurs. Il été décidé de "ramener la durée de la suspension à un mois et procédé par conséquent à la levée de la mesure", ajoute le texte. La suspension de la chaîne, à qui la HAC reprochait un éditorial du journaliste Mohamed Halidou Attaher diffusé le 30 septembre, avait été annoncée pour deux mois le 3 novembre. Selon la HAC, cet éditorial contenait des "propos diffamatoires et des accusations infondées concernant l'instance de régulation, la Haute autorité de la communication, l'état de la liberté d'expression au Mali et les autorités de la transition". "L'intolérance prend de l'ampleur dans notre pays. La liberté d'expression est en danger, la démocratie avec. Nous sommes dans la dictature de la pensée unique", avait notamment déclaré M. Halidou. La mise en cause de la chaîne et sa suspension avaient provoqué de nombreuses réactions d'indignation parmi les journalistes maliens, s'inquiétant des dérives en matière de liberté de la presse et d'expression. En août, l'ONG Human Rights Watch avait dénoncé les "détentions et [le] harcèlement de critiques présumés" depuis la prise du pouvoir par des militaires en 2020. La junte actuellement à la tête du pays s'est imposée à la faveur d'un second coup d'Etat militaire perpétré en 2021. HRW avait recensé les différentes entraves à la liberté d'expression depuis le premier de ces deux putschs : expulsion de journalistes, suspension de délivrance des accréditations pour les correspondants étrangers, "harcèlement" de critiques du pouvoir par des "commentateurs en ligne". Selon l'ONG, cette "répression des médias et les détentions de critiques ont eu un effet glaçant sur la vie politique et l'espace civique".