Mali: un ministre demande le retrait d'une dépêche de l'agence officielle iranienne

AFRICA RADIO

14 février 2022 à 18h21 par AFP

Le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop a démenti des propos que lui a attribués l'agence iranienne Irna sur les sanctions internationales à la suite d'une visite à Téhéran, et demandé le retrait de la dépêche.

Une dépêche publiée dimanche en français par l'agence officielle iranienne rapportait que lors d'une rencontre avec le ministre de la Science, de la Recherche et de la Technologie Mohammad Ali Zolfigol le même jour, M. Diop avait présenté l'Iran comme "un modèle pour les pays qui veulent s'opposer à l'arrogance mondiale et à leurs sanctions oppressives". L'Iran a été soumis à de multiples sanctions depuis 1979, en particulier à cause de ses activités nucléaires. Le Mali est sous le coup d'un embargo commercial et financier de la Communauté des Etats ouest-africains depuis que les militaires au pouvoir sont revenus sur leur engagement initial d'organiser en février 2022 des élections qui auraient ramené les civils à la tête du pays. "Le Mali a été sanctionné par certains pays américains, européens et africains, et nous sommes intéressés à utiliser l'expérience de l'Iran pour développer la science et la technologie", ajoutait Irna en citant M. Diop. Irna paraissait avoir supprimé ces propos en français lundi. Entre-temps, le chef de la diplomatie malienne avait vivement réagi. "Je n'ai pas tenu les propos qui me sont attribués, notamment les attaques contre d'autres pays", avait-t-il déclaré sur Twitter. Il demandait à Irna de retirer ces déclarations. Le ministère des Affaires étrangères avait demandé dans un communiqué publié sur Facebook "le retrait immédiat de ce +fake news+".