Maroc: l'ex-prisonnier de guerre veut sensibiliser à "la lutte du peuple ukrainien"

AFRICA RADIO

25 septembre 2022 à 0h21 par AFP

Brahim Saadoun, le jeune prisonnier de guerre marocain libéré dans le cadre d'un échange entre Moscou et l'Ukraine, a dit vouloir "attirer l'attention sur la situation difficile en Ukraine et la lutte de son peuple", à son retour au Maroc samedi soir.

"Je suis heureux de rentrer à la maison après être passé par des moments très difficiles ", a déclaré l'étudiant de 21 ans dans une interview à l'AFP, au domicile de ses parents dans un quartier populaire de Casablanca. "Je veux attirer l'attention sur la situation difficile en Ukraine et la lutte de son peuple en cette période douloureuse", a-t-il plaidé. Cet étudiant ingénieur en aéronautique, établi en Ukraine depuis 2019, a recouvré la liberté mercredi avec neuf autres prisonniers de guerre étrangers -- dont cinq Britanniques et deux Américains -- dans le cadre d'un échange entre Moscou et Kiev favorisé par une médiation saoudienne. Le jeune homme, qui est apparu souriant et en bonne santé aux côtés de sa mère, a remercié l'Arabie saoudite, le gouvernement turc ainsi que le peuple marocain "qui s'est solidarisé avec nous". Evoquant "un sentiment de joie indescriptible", le père de Brahim Saadoun a également salué le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane pour son rôle dans la libération de son fils. Brahim "a souffert de l'emprisonnement mais il va se rétablir et se remettre à ses études", a-t-il expliqué à l'AFP. Brahim Saadoun, qui a combattu dans l'armée ukrainienne, avait été condamné à mort le 9 juin dernier pour mercenariat par les autorités séparatistes prorusses à Donetsk (est de l'Ukraine). Il avait été capturé aux côté de deux Britanniques, Aiden Aslin et Shaun Pinner, également accusé des mercenariat. Après le procès du jeune homme, le gouvernement marocain avait précisé que Brahim Saadoun "a été capturé portant l'uniforme de l'armée de l'Etat d'Ukraine" et qu'"il se trouve actuellement emprisonné par une entité qui n'est reconnue ni par les Nations unies ni par le Maroc". Le Maroc a adopté à l'ONU une position de neutralité dans la guerre entre la Russie et l'Ukraine. Cette neutralité manifeste la volonté de Rabat de ne pas s'aliéner la Russie, membre du Conseil de sécurité de l'ONU, sur la question du territoire disputé du Sahara occidental, priorité de la diplomatie marocaine.