Maroc: le journaliste Omar Radi rejette les accusations d'"espionnage"

AFRICA RADIO

22 février 2022 à 20h51 par AFP

Le journaliste marocain Omar Radi, condamné à six ans de prison, s'est défendu mardi d'avoir livré des informations sensibles à deux cabinets de conseil économique britanniques, en lien avec les accusations d'"espionnage" qui pèsent sur lui.

Arrêté en juillet 2020, ce reporter indépendant de 35 ans, connu pour son engagement en faveur des droits humains, est poursuivi pour "atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat" mais aussi pour "viol", deux affaires distinctes, instruites et jugées conjointement. Son audition mardi devant la cour d'appel de Casablanca a porté sur les sociétés de conseil économique britanniques K2 et G3 pour lesquelles M. Radi a réalisé des audits de vérification ("due diligence") avant l'acquisition ou la prise de participation dans une entreprise. M. Radi a effectué pour le compte de G3 "une étude" sur une firme marocaine spécialisée dans les transferts d'argent à des fins d'investissement, Cashplus. C'est dans ce cadre qu'il a eu affaire à un Britannique, Clive Newell, présenté par la police judiciaire comme un "officier de renseignement", tandis que le reporter marocain le désigne comme "conseiller" de G3. Pour K2 Consulting, il a effectué une étude sur la culture du palmier. "Je n'ai fait que mon travail de journaliste en m'appuyant sur des données ouvertes au public comme celles fournies par le tribunal administratif", s'est défendu M. Radi. Les accusations d'espionnage s'appuient également sur un financement reçu d'une fondation philanthropique basée à Genève, Bertha. "Il s'agit d'une bourse octroyée pour réaliser un travail journalistique", a-t-il assuré. L'enquête pour "espionnage" a été ouverte fin juin 2020 après la publication d'un rapport d'Amnesty International affirmant que le téléphone de M. Radi était espionné par les autorités marocaines via le logiciel Pegasus. Vendredi, lors d'une audience à huis clos, le journaliste a nié les accusations de "viol" tandis que la plaignante a réaffirmé qu'elle n'était pas consentante, a indiqué à l'AFP la partie civile. M. Radi a écopé le 19 juillet 2021 de six ans de prison, un "jugement inique" selon ses soutiens. Il assure être poursuivi en raison de ses écrits -- notamment en faveur des mouvements sociaux et contre la corruption -- et de ses opinions critiques alors que les autorités marocaines assurent que son procès "n'a rien à voir avec son travail journalistique" et dénoncent une "campagne internationale de diffamation".