Maroc: le Parlement va se réunir pour réagir aux critiques des députés européens

AFRICA RADIO

22 janvier 2023 à 11h21 par AFP

Le Parlement marocain va se réunir en séance plénière lundi à Rabat pour examiner les critiques des députés européens qui se sont inquiétés de la détérioration de la liberté de la presse au Maroc et des allégations de corruption pesant sur ce pays.

"Les deux chambres du Parlement organisent lundi une plénière conjointe consacrée à la discussion des dernières positions du Parlement européen vis-à-vis du Maroc", selon un communiqué conjoint de leurs présidents publié samedi. Dans une résolution adoptée à une large majorité jeudi à Strasbourg, le Parlement européen a enjoint les autorités marocaines à "respecter la liberté d'expression et la liberté des médias" et à mettre fin au "harcèlement de tous les journalistes". Il s'est également dit "profondément préoccupé" par "les allégations selon lesquelles les autorités marocaines auraient corrompu des députés au Parlement européen". Le texte des eurodéputés a été mal accueilli à Rabat. Les médias proches du pouvoir ont fustigé à l'unisson "l'acharnement de parties hostiles au royaume" tandis que le ministère des Affaires étrangères a assuré que le Maroc ne saurait "être effrayé ou intimidé". Dans un communiqué diffusé samedi soir, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), un organe de consultation, a condamné des "accusations et des allégations graves portant atteinte à l'indépendance du pouvoir judiciaire (marocain)". "Le Parlement européen s'est arrogé le droit de juger la justice marocaine de manière flagrante et partiale", a dénoncé le CSPJ. La résolution adoptée à Strasbourg a été saluée par Amnesty International et Reporters sans frontières (RSF). Au Maroc, l'Instance nationale de soutien aux détenus d'opinion (INASDO) s'est félicitée d'un texte qui condamne "les violations et la répression exercées contre les journalistes indépendants et les opposants, ainsi que leurs avocats et familles". Les eurodéputés ont mis en lumière le cas d'Omar Radi, un journaliste indépendant de 36 ans, connu pour ses positions critiques envers le pouvoir, condamné à six ans de prison ferme pour "viol" et "espionnage", accusations qu'il nie. Ils ont demandé sa remise en liberté provisoire, ainsi que celle de Taoufik Bouachrine, 54 ans, ex-patron de presse emprisonné depuis 2018, et de Soulaimane Rassouni, 50 ans, autre journaliste condamné à cinq ans de prison en 2022. Tous trois ont été condamnés pour des accusations à caractère sexuelle, qui selon des ONG de défense des droits humains, ont été "fabriquées" par les autorités marocaines.