29 octobre 2010 à 9h30 par La rédaction

Le Réseau international sur les situations de conflit et de fragilité (INCAF), le Comité d'Aide au développement (CAD) et le programme Afrique subsaharienne de l'IFRI ont organisé une conférence débat ce mardi 19 0ctobre à l'Institut Française des relations Internationale de Paris. Le thème de cette conférence était : Les Etats Fragiles : ultime frontière. Cette conférence s'appuyait sur l'exemple Africain.Autour de personnalités tel que Louise Avon, ancienne ambassadrice de France au Mozambique, les intervenants ont voulu donner leur point de vue basé sur des expériences de terrain. Ce sont des expériences qui, comme l'a réaffirmé Mme Avon, permettront de dépasser les clichés sur les Etats fragiles. Des Etats trop souvent associés à des Etats dangereux, et de définir des typologies plus fines. Un �?tat fragile est un pays à faible revenu caractérisé par une faible capacité de légitimité de l'�?tat. Selon Alexandra Trezciak-Duval, une des intervenantes et chef de division à l'OCDE, ce sont des pays qui ont une capacité limitée à fournir des services de bases à la population. Certains pays sont dans une extrême pauvreté ou souffrent de leurs ressources naturelles. D'autres Etats sont dans des conflits interminables et des décennies de mauvaise gouvernance.Cette conférence sur les Etats Fragiles avait pour but d'une part de donner une plus grande visibilité aux expériences positives ou négatives menées dans ces Etats. D'autre part, elle veut faire connaitre ces expériences aux décideurs politiques et au grand public et alimenter les politiques publiques de coopération de la France avec ces pays. TITI PALE