13 mai 2011 à 12h10 par La rédaction

L'opération Geronimo, qui a conduit à la mort d'Oussama Ben Laden le 2 mai dernier, s'est achevée en triomphe pour le président américain Barack Obama. Pourtant, il s'agissait d'un véritable coup de poker�?� Le président Obama l'a reconnu lui-même : la présence du chef d'Al Qaida dans la résidence d'Abottabad n'était absolument pas certaine. Les satellites n'avaient pas réussi à identifier Ben Laden ni aucun membre de sa famille, et le renseignement américain, malgré des mois de surveillance, estimait que les chances que le terroriste se trouve effectivement dans la maison étaient comprises entre 50% et 80%.Dans l'entourage proche du chef de l'Etat américain, quelques jours avant le 2 mai, les avis étaient divisés. Certains préconisaient d'attendre, pour obtenir davantage d'informations et de certitudes. D'autres militaient pour une frappe aérienne, moins risquée. Finalement, Barack Obama a tranché pour la troisième option, celle qui consistait à envoyer un commando de Navy Seals à l'attaque de la résidence. C'était le seul moyen, pour lui, de savoir si le chef d'Al Qaida était bel et bien là.Vendredi, le directeur de la CIA a donc relayé au chef des forces spéciales l'ordre du président de partir à l'assaut de la maison. La mission est d'aller y chercher Ben Laden et si Ben Laden n'y est pas, foutez le camp", racontera-t-il."S'il n'avait pas été à l'intérieur, cela aurait eu des conséquences considérables", a reconnu Barack Obama, quelques jours après l'assaut, à CBS News. "Nous allions pénétrer sur le territoire souverain d'un autre pays, y poser des hélicoptères et y conduire une opération militaire. S'il s'avérait que le propriétaire était un riche prince de Dubaï et que nous avions envoyé les Forces spéciales là-bas, nous aurions eu des problèmes".Une fois l'ennemi numéro 1 abattu, restait à s'assurer qu'il s'agissait bien de lui, et non d'un sosie�?� Les spécialistes de la CIA ont d'abord comparé les photographies de la dépouille de Ben Laden à d'autres prises de son vivant et ont ensuite comparé un échantillon de son ADN à "un profil complet réalisé à partir de sa grande famille élargie", a déclaré à la presse un haut responsable du renseignement. "En se fondant sur cette analyse, l'ADN est incontestablement le sien. La possibilité d'une erreur d'identité sur la base de cette analyse est approximativement de une pour 11,8 mille billions", a-t-il ajouté. (Mille billions équivalent à 10 élevés à la puissance 15). Pour le responsable, il ne fait donc aucun doute que le commando a bien abattu Oussama ben Laden. En tous cas, cette chasse à l'homme aura été la plus chère de l'Histoire : selon les estimations du Service de recherche du Congrès américain, les dix ans de traque du chef d'Al-Qaida représentent une somme moyenne de plus de 120 millions de dollars par jour, soit 5 millions de dollars par heure, ou encore 1400 dollars investis chaque seconde à cause de Ben Laden, notamment dans la guerre en Afghanistan. Clémence Mortier