Par La rédaction

« Je félicite le nouveau Président de l'Union Africaine (�?�) Boni Yayi. Je n'ai aucun doute sur le fait que grâce à votre grande autorité (�?�) vous saurez mettre en �?uvre notre objectif de paix et de sécurité » a déclaré le président équato-guinéen, Théodoro Obiang Nguema, dimanche dernier. Le 18ème sommet de l'union africaine qui s'est tenu de samedi à dimanche à Addis-Abeba en Ethiopie a ainsi nommé le président béninois, Boni Yayi comme étant le successeur de Théodoro Obiang Nguema à la présidence de l'Union africaine pour un an. Une désignation faite par Blaise Compaoré, John Atta Mills et Alassane Ouattara respectivement présidents du Burkina Faso, du Ghana et de la Cote d'Ivoire.Boni Thomas Yayi, chef de l'Etat béninois depuis 1996 a d'abord un passé dans le domaine économique avant de s'être tourné vers la politique. Un doctorat d'économie en poche, Boni Yayi, diplômé de l'université de Paris IX Dauphine est conseiller technique aux affaires monétaires et bancaires de 1991 à 1996 ; il est ensuite nommé Président de la banque ouest-africaine de développement (BOAD) avant de démissionner pour se présenter à l'élection présidentielle de 2006. Election durant laquelle, Boni Yayi, était candidat indépendant avec comme slogan « Ca peut changer ! ca doit changer ! ca va changer ! » ; soutenu par une coalition de mouvements et de partis politiques. Le 5 mars, il arrive en tête du premier tour de l'élection présidentielle avec 35,60% des voix. Le 19 mars, lors du second tour il remporte l'élection avec 74,51% face à Adrien Houngbédji.L'élection présidentielle suivante est reportée deux fois, pour avoir finalement lieu le 13 mars 2011. Boni Yayi obtient 53,14% des voix dès le premier tour.A la tête du pouvoir à seulement 42ans, Boni Yayi a fait l'objet de nombreuses contestations attestant qu'il était trop jeune pour occuper de telles fonctions. D'autres ont au contraire estimé qu'il pouvait apporter un nouveau souffle au pays.Il va établir plusieurs mesures notamment dans le domaine énergétique concernant la mobilisation de ressources devenues rares, rassurer les marchés et les partenaires au développement. Après une analyse objective de la situation interne et externe, Boni Yayi va également réorganiser les services, adopter des nouvelles mesures en matière de gestion interne.Son ambition principale étant de lutter contre la pauvreté dans les Etats de l'UEMOA.Les résultats ne se font pas attendre. Entre 1995 et 2004, les niveaux d'activités et les décaissements annuels ont été multipliés par cinq pour atteindre respectivement 80 et 70 milliards FCFA.Suite à sa nomination au poste de Président de l'union africaine, Boni Yayi a déclaré « le développement de notre continent est entre nos mains, mes chers présidents, c'est pourquoi je voudrais souligner que c'est dans l'unité et la cohésion que notre continent assurera son développement » ; Il a également parlé de la guerre qui se produit actuellement entre les deux Soudan dont les relations restent tendues depuis l'indépendance en juillet dernier, du Soudan du Sud.Thomas Boni Yayi a également appelé au calme dans la région du Sahel et au Nigeria, assurant du "soutien du continent" pour "que la paix revienne". Le Nigeria a été frappé ces derniers jours par une série d'attaques sanglantes revendiquées par le groupe islamiste Boko Haram. Diouma SOW