8 juin 2012 à 10h32 par La rédaction

L'Euro démarre aujourd'hui, et voilà une polémique qui enfle. La chaîne anglaise BBC a diffusé un documentaire choc le lundi 28 mai 2012 pour dénoncer l'attitude raciste de certains supporters ukrainiens et polonais. En effet, des cris de singes, des saluts nazis, ainsi que des bannières antisémites ont été aperçues à côté du camp d'extermination d'Auschwitz. Le documentaire a provoqué de vives réactions dans le monde du football. L'Ukraine et la Pologne se seraient bien passées d'une mauvaise image alors que l'Euro est sur le point de commencer. Ils ont mis en �?uvre une vaste politique de séduction pour relancer le tourisme. Des représentants polonais et ukrainiens ont accusé le documentaire d'être « biaisé et partial ».Le capitaine de l'équipe anglaise, Sol Campbell aurait conseillé aux supporters anglais de ne pas se déplacer et de suivre le tournoi de chez eux. Il serait allé plus loin dans ses propos en disant que les supporters pourraient « revenir dans un cercueil ». Deux familles de joueurs anglais ont préféré rester en Angleterre de peur de représailles racistes dans les stades.Le gardien de la sélection Joe Hart a déclaré jeudi qu'aucun joueur ne quitterait le terrain dans le cas où des propos racistes seraient lancés depuis les tribunes, mais surtout qu'il espérait que cela n'arriverait pas.La sélection italienne va plus loin : le joueur Mario Balotelli a assuré qu'il quitterait le terrain s'il entendait des cris à caractère raciste. L'entraîneur Cesare Prandelli rajoute «s'il y a des cris racistes contre Balotelli, on quittera tous le banc pour entrer sur le terrain, on fera quelque chose pour lui».Il y aurait déjà eu un incidentL'équipe hollandaise s'entraînait ce jeudi lorsqu'elle a entendu des chants racistes et des cris de singes. La sélection a été contrainte de se déplacer pour terminer son entraînement loin de ce désordre. Le capitaine Mark Van Bommel assure : « si cela arrive pendant un match, nous irons voir l'arbitre et lui demanderons de quitter le terrain ». Michel Platini, président de l'UEFA, a tenu à faire une mise au point lors d'une conférence de presse à Cracovie : « c'est à l'arbitre de prendre des décisions et non aux joueurs. Si un joueur quittait le terrain, il serait averti d'un carton jaune ». Selon lui, ce n'est pas un problème footballistique mais un problème de société. Ainsi des mesures ont été prises : en cas d'incident de ce type, l'arbitre pourra interrompre partiellement voire définitivement un match.Diaraou BALDE