Par La rédaction

Implantée à moins de 2 km de la cathédrale, au bord de la rivière, bâtie sur un terrain de 1300 m2, elle peut accueillir 1500 fidèles. Le bâtiment est surmonté d'un imposant dôme de cuivre de 16 mètres de diamètre, mais n'a pas de minaret. Un projet datant d'une vingtaine d'année voit le jour aujourd'hui ; elle c'est la mosquée de Strasbourg, la plus grande moquée de France. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls vient d'inaugurer la grande mosquée de Strasbourg. Plusieurs personnalités étaient présentes. Les responsables politiques, les représentants des cultes religieux, catholique, protestante et juif, ainsi que le président du Conseil français du culte musulman, Mohammed Moussaoui.Selon Saïd Aalla, le président de l'association qui gère la mosquée, «ce projet a traversé pas mal d'épreuves, mais il a fini par aboutir. Les gens sont contents d'avoir un lieu digne pour prier, cela renforce notre sentiment d'appartenance totale et définitive à la communauté nationale». Le maire de Strasbourg renchérit «un jalon essentiel dans l'histoire de la ville de Strasbourg et de sa diversité religieuse».La mosquée de Strasbourg va résoudre un peu les problèmes des lieux des cultes musulmans, comme par exemple, occupée toute une rue pour la prière du vendredi ou tout autre lieu de rassemblement inadéquat. Cela y va de la sérénité des habitants de la ville.Comment le projet a été financé et par qui ?Le projet a été financé en grande partie par le gouvernement marocain à hauteur de 37%, 26% financés par les collectivités locales grâce aux spécificités du droit d'Alsace-Moselle et 13% par l'Arabie saoudite et le Koweit. Le projet a finalement coûté 10,5 millions d'euros.Kadiatou-cherif Diawara