Par La rédaction

Le Colonial Tour est un évènement culturel qui s'est déroulé dans le cadre de l'ouverture de la « Semaine Anticoloniale et Antiraciste » du 16 février au 3 mars. Cette rencontre à l'initiative du CRAN (Conseil Représentatif des Association Noires) a rassemblé plusieurs organismes de presse, des députés européens comme Eva Joly et Jean Jacob Bicep, mais également des historiens spécialistes de la colonisation comme Marcel Dorigny, Catherine Coquery-Vidrovitch, Pascal Blanchard, François Durpaire et Gilles Manceron. Les participants ont eu l'occasion de monter à bord d'un bus des années 30, pour faire un tour de la capitale, dans le but de découvrir dix lieux marquants en lien avec la traite négrière et la colonisation.La visite fut amorcée à 9h00 sur la place des Victoires où siégeait au 18ème siècle le grand hôtel du Duc de Massiac, un grand colon de Saint Domingue. Tous les participants se sont vu offrir un chocolat chaud de la marque Banania, autrefois appelé Y'a Bon Banania. Afin de plonger les participants dans le contexte de l'époque, les organisateurs distribuèrent quelques casques de colons, des bonbons au sucre Candy et des Choco BN (de la Biscuiterie Nantaise, fondée par des héritiers de la traite négrière).Outre ces éléments, le Colonial Tour a surtout donné la possibilité de découvrir et redécouvrir des lieux comme la "Caisse Des dépôts" où Haïti versa en 1886 une « indemnité d'indépendance » à hauteur de 90 millions de francs, pour la reconnaissance de son Etat. Dans son intervention l'historien Pascal Blanchard rappela que sous les fondations du Quai Branly en 1895, cent vingt-cinq sénégalais furent exhibés dans « un village noir ». L'historien qui a co-dirigé l'exposition « L'invention du sauvage » au Quai Branly en 2012 ajouta également que « l'histoire ce n'est pas que du hasard, surtout lorsque l'on construit des grands musées, notamment sous Jacques Chirac, on ne les construit pas n'importe où, mais sur les traces des zoos humains ». Rachel Toure