14 juillet: un opposant ivoirien critique l'absence des troupes de son pays

14 juillet 2010 à 17h42 par La rédaction

ABIDJAN (AFP)

Un opposant ivoirien a déploré mercredi l'absence des troupes de Côte d'Ivoire au traditionnel défilé militaire du 14 juillet à Paris sur les Champs-Elysées, y voyant une saute "d'humeur" du président Laurent Gbagbo.

"Je suis curieux de savoir les raisons de notre absence (...) au défilé du 14 Juillet 2010 sur les Champs Elysées", a affirmé Albert Toikeusse Mabri, président de l'Union pour la démocratie et pour la paix en Côte d'Ivoire (UPDCI, opposition), lors d'une conférence de presse.

"On ne gère pas un Etat avec des humeurs.Gbagbo peut avoir des humeurs vis-à-vis de ses rapports avec la France, mais il devrait être bon que nous soyons avec les autres à Paris pour rendre hommage à nos anciens combattants", a poursuivi M. Toikeusse, qui fut ministre pendant une dizaine d'années dans son pays.

"Notre histoire restera notre histoire, car je ne sais pas où la France doit rendre hommage à l'Afrique mieux qu'à cette occasion et pourquoi les anciens combattants ressortissants de notre pays doivent se retrouver seuls à Paris", a-t-il dénoncé.

Pour lui, "le bilan et l'adaptation des relations franco-ivoiriennes s'imposent mais ils ne contre-indiquent pas notre participation aux initiatives prises par la France".

L'UPDCI est membre de la principale coalition de l'opposition ivoirienne (RHDP) qui rassemble le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) de l'ancien président Henri Konan Bédié et le Rassemblement des Républicains (RDR) de l'ex-Premier ministre Alassane Ouattara.

Les troupes de treize pays d'Afrique francophone ont défilé exceptionnellement mercredi matin à Paris, lors de la traditionnelle parade de la fête nationale du 14 juillet, à l'occasion d'un hommage controversé au 50ème anniversaire de l'indépendance de ces nations.

La Côte d'Ivoire, dont le président Laurent Gbagbo est en froid avec Paris pour cause de présidentielle sans cesse reportée, était représentée par son ministre de la Défense mais n'a pas participé au défilé.