A Kinshasa la France salue l'alternance Tshisekedi avec 300 millions d'euros

Par AFP

AFRICA RADIO

La France a salué lundi à Kinshasa l'alternance incarnée par le nouveau président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi, en annonçant un programme de 300 millions d'euros pour soutenir son quinquennat.

"Le président (Emmanuel) Macron m'a demande de saluer toutes les initiatives prises par le président Tshisekedi dans le domaine de l'Etat de droit", a déclaré à la presse le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, après une rencontre avec le président Tshisekedi investi le 24 janvier."Le fait d'avoir ouvert les procédures démocratiques (...), le fait d'avoir accueilli des personnalités de l'opposition, le fait d'avoir retrouvé par ailleurs le chemin de l'Europe...Tout cela contribue à une alternance, que nous tenions à saluer", a ajouté M. Le Drian.M. Le Drian a annoncé "un programme de 300 millions d'euros sur la durée du mandat du président Tshisekedi" dans plusieurs secteurs (développement, formation, santé, sécurité, agriculture, énergie)."Une mission française viendra rapidement dès que le gouvernement nouveau sera constitué pour élaborer la méthode", a-t-il ajouté.M. Le Drian se trouve à Kinshasa le jour où la présidence pourrait annoncer le nom du nouveau Premier ministre attendu depuis quatre mois, et le jour du retour de l'opposant Moïse Katumbi à Lubumbnashi après trois ans d'exil à l'étranger."Je ne sais pas s'il y a une coïncidence. Je ne suis ni un opposant, ni un futur Premier ministre de la RDC", a-t-il indiqué en réponse à une question de l'AFP."Je suis à l'aise dans cette synergie que je remarque aujourd'hui. C'est un jour important je pense pour votre pays, la RDC, puisqu'il va y avoir, si j'ai bien compris, un nouveau Premier ministre", a-t-il dit.La France est l'un des principaux partenaires de la RDC, sur le papier premier pays francophone au monde avec 80 millions d'habitants.Le résultat de l'élection congolaise est le fruit d'un "compromis à l'africaine", avait déclaré en février M. Le Drian, après avoir mis en doute la victoire de M. Tshisekedi proclamée par la Commission électorale."Il y a eu une vraie élection démocratique, je la constate, validée par la Cour constitutionnelle et validée par l'Union africaine", a-t-il répondu interrogé à Kinshasa sur son ancienne déclaration.