Abdou Diouf: "La Francophonie disposée à accompagner la RDC pour son avenir"

Par La rédaction

KINSHASA (RDCongo) (AFP) - (AFP)

Le secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf, a réaffirmé mercredi à Kinshasa la "disponibilité" de son institution à "accompagner la RD Congo pour son avenir", à l'ouverture de la 37è session de l'Assemblée parlementaire francophone, a constaté l'AFP.

"Je vous réitère toute la disponibilité de la Francophonie à accompagner concrètement et utilement votre pays dans cette période décisive pour son avenir", a déclaré M. Diouf.

"Nous sommes ici en toute conscience, fidèles aux valeurs universelles que nous revendiquons, fidèles aux principes et engagements souscrits (...), nous sommes ici également avec la conviction que (...) la dénonciation et l'indignation ne suffiront pas à soustraire les victimes à leurs souffrances", a-t-il ajouté, allusion faite aux atrocités commises dans l'est du pays.

La 37 ème session de l'APF s'est ouverte en présence du président congolais, Joseph Kabila, et de plus de 250 parlementaires représentant plus de 50 pays qui doivent s'entretenir sur la paix, la démocratie et les élections.

La RDC doit tenir le 28 novembre la présidentielle et les législatives et terminer ce cycle d'élections en 2013.

"De la même manière, il ne saurait y avoir de démocratie sans démocrates, il ne saurait y avoir d'élections libres, claires et transparentes sans volonté de respecter les règles de jeu, volonté est bien le maître mot à la matière, volonté d'admettre que la démocratie confère un caractère provisoire à l'exercice du pouvoir, volonté d'admettre que les électeurs doivent pouvoir choisir entre liberté d'exprimer une forme de protestation et une volonté de changement", a-t-il relevé.

La RDC abrite à l'automne 2012 les travaux du XIVème sommet des chefs d'Etat et de gouvernement francophones.

Elle a réintégré l'APF en juillet 2007 lors de sa 33e session tenue à Libreville, au Gabon, après le bon déroulement de son processus électoral en 2006.

L'APF est née en 1967 sous le nom d'Association internationale des parlementaires de la langue française (AIPLF) sur une idée du président sénégalais Léopold Sédar Senghor.

La Charte de la Francophonie, adoptée à Hanoï en 1997, reconnaît l'APF comme assemblée consultative de la Francophonie.Son action vise notamment à promouvoir la "démocratie dont les droits de l'Homme, la francophonie et la diversité culturelle".