Abidjan: la compagne du directeur du Novotel lance un appel à ses ravisseurs

4 mai 2011 à 6h18 par La rédaction

PARIS (AFP)

La compagne du directeur du Novotel d'Abidjan enlevé le 4 avril dans son établissement, a lancé mardi un appel aux ravisseurs de Stéphane Frantz Di Rippel pour qu'ils le libèrent.

"Aujourd'hui, la guerre en Côte d'Ivoire est terminée.Nous n'avons qu'un seul message, c'est laissez-nous revivre notre vie", a dit Karine Perrelle lors d'une conférence de presse.

Karine Perrelle et son compagnon avaient convenu d'échanger des courriers électroniques toutes les deux heures durant ces journées où d'intenses combats régnaient dans la capitale économique ivoirienne, a-t-elle dit.Mme Perrelle était alors au Togo.

"Son dernier message remontait à 14H15, il me disait de gentilles choses mais aussi son inquiétude sur la situation", explique-t-elle.

Ne recevant pas de nouvelle deux heures après, elle appelle sur le portable de son compagnon puis au standard du Novotel.

"Là on lui dit qu'il a été emmené par des hommes en armes et qu'il va très vite rentrer", poursuit l'avocat des proches de M. Di Rippel, Me Pierre-Olivier Sur.

"Depuis nous n'avons aucune nouvelle, nous n'avons rien, aucune piste", a-t-il ajouté.

M. Di Rippel a été enlevé avec trois autres personnes, un chef d'entreprise français, un Malaisien et un Béninois le 4 avril.

Ils ont été enlevés par "une dizaine d'hommes armés en uniforme dépareillés, parlant français", selon Me Sur.

Le ministre ivoirien de la justice Jeannot Kouadio Ahoussou a accusé samedi des forces fidèles au président déchu Laurent Gbagbo d'être impliquées dans ce rapt.

Une juge française, Patricia Simon, doit se rendre courant mai à Abidjan dans le cadre d'une enquête ouverte le 22 avril par le parquet de Paris pour "enlèvement, séquestration et vol".

Le nouveau président Alassane Ouattara s'est dit "très inquiet" pour le sort des deux Français, dans un entretien au quotidien français La Croix publié jeudi.