Accident dans une mine en RDC: colère des "creuseurs" délogés

Par AFP

AFRICA RADIO

Des centaines de "creuseurs" artisanaux ont manifesté leur colère jeudi à Kolwezi (sud-est de la République démocratique du Congo) où les autorités les ont expulsés d'un site minier après un accident qui a tué des dizaines de personnes.

Une quarantaine de mineurs artisanaux sont morts jeudi dernier dans l'effondrement d'une galerie sur un site minier appartenant à l'entreprise KCC, filiale de la société helvéto-canadienne Glencore.Le président de la République Félix Tshisekedi avait demandé "une enquête pour établir les responsabilités". Le ministre de l'Intérieur par intérim Basile Olongo avait pointé la responsabilité de "voleurs"."L'armée vient de nous déloger de force dans la mine de Kov appartenant à KCC après le récent éboulement. Où allons nous travailler ?", a déploré l'un des manifestants, Léon Tshimanga, joint au téléphone par un correspondant de l'AFP."Nous exigeons du gouverneur Richard Muyej une mine riche en cobalt et cuivre pour l'exploitation artisanale", a-t-il ajouté.Cette revendication est reprise par un collectif d'organisations de défense des droits de l'homme, qui demande au gouvernement provincial de Lualaba des zones d'exploitation minière pour les creuseurs artisanaux afin d'éviter qu'ils aillent dans les sites miniers privés. Au total 23 manifestants ont été arrêtés, ont indiqué des sources sécuritaires, qui affirment que certains "ont saccagé un bureau de la police".Les échauffourées entre la police et des creuseurs artisanaux sont fréquentes dans les zones minières dans le sud-est de la RDC.Le 19 juin, l'armée congolaise a délogé plus de 10.000 mineurs illégaux accusés d'avoir envahi des concessions minières de Tenke Fungurume Mining (TFP), la plus importante société minière privée du sud-est de la RD Congo.lkk/st/sd