Afrique du Sud: les syndicats de la mine de Marikana accusent Locmin d'être responsable de la grève

16 août 2012 à 13h59 par La rédaction


JOHANNESBURG (AFP) - (AFP)

Le Syndicat national des mineurs (NUM) a rejeté jeudi sur la compagnie minière Lonmin la responsabilité de la grève marquée par des violences intersyndicales qui ont fait dix morts, à la mine de platine de Marikana, dans le nord-ouest de l'Afrique du Sud.

Lonmin, qui exploite la mine, "a proposé des hausses de salaires aux agents de forage et a omis leurs assistants", a déclaré le secrétaire général du NUM, Frans Baleni, à des journalistes."Cette pratique sape l'accord salarial pour deux ans conclu avec la firme", a-t-il dénoncé.

Des incidents avaient commencé vendredi 10 août à la mine, lorsque des centaines de mineurs de fond ont lancé une grève sauvage.Certains, encouragés par le petit syndicat AMCU, réclamaient 12.500 rands par mois (1.250 euros), soit plus qu'un triplement de leur salaire actuel.

Des affrontements ont alors éclaté entre partisans de la NUM et ceux de l'AMCU, née d'une dissidence de la NUM.Dix personnes ont été tuées depuis dimanche.

M. Baleni a affirmé que des grèves sauvages similaires pourraient éclater dans d'autres mines si les compagnies minières n'appliquent pas les accords salariaux.

Selon lui, de plus en plus souvent, elles "proposent des augmentations de salaire à quelques salariés triés sur le volet, laissant la masse des salariés sous-payés dans une situation difficile".

M. Baleni a reproché à l'AMCU de mener la grève et de faire pression sur ses adhérents pour qu'ils y participent.

"Nos adhérents sont prêts à travailler mais ils en sont empêchés et la mine n'a rien fait pour assurer leur sécurité", a affirmé le dirigeant syndical.

Il a précisé que les dix personnes tuées étaient membres de la NUM.

Jeudi matin, plusieurs centaines d'hommes armés de gourdins, de barres de fer et de machettes se sont de nouveau regroupés à l'extérieur de la mine.Des négociations entamées la veille avec les forces de l'ordre et les responsables de la mine n'avaient rien donné.