Al-Qaeda au Maghreb islamique, ennemi invisible

27 juillet 2010 à 13h38 par La rédaction

« L'Elysée annonce la mort de Michel Germaneau » relate « le Monde » de ce mardi 27 Juillet. « Qui sont les assassins de l'otage français » s'interroge quant à lui le journal « Libération ». Voilà, le calvaire de ce retraité, versant dans l'humanitaire, qui prend fin dans la lumière à la suite d'une opération manquée des forces conjointe de la France et de la Mauritanie. Son enlèvement peu médiatisé, le 19 Avril dernier, avait été revendiqué par un groupe armé le 6 Mai : Al-Qaeda au Maghreb islamique ou Aqmi. Ce groupe autoproclamé salafiste exerce sa terreur depuis plus de dix dans la région du Maghreb.Les racines d'AqmiAl-Qaeda au Maghreb islamique est un ersatz du Groupe Salafiste pour la prédication et le combat (GSPC). Il compte aujourd'hui environ 500 membres et sa zone d'action s'étend sur un vaste territoire correspondant au désert du sahel (Mauritanie, Mali, Niger, Sénégal).Le GSPC était lui né d'un mouvement de dissidence au GIA lors de la guerre civile qui avait ensanglanté l'Algérie en 1998. Le changement de nom intervenu en 2007 aurait eu pour but de se rapprocher du grand réseau terroriste. En outre on estime que ces miliciens comptent peu de soutiens chez les Salafistes officiels, même chez les plus radicaux qui ont clairement dénoncé leurs actes. Une « Franchise » Al-QaedaLe mode opératoire des activités de l'aqmi est basé sur celui des terroristes orientaux. Attentas suicides, enlèvements, exécution. Mais on peut aussi y ajouté des opérations de type mafieuse : rançonnage, trafic crapuleux�?� Ce qui donne au groupe une dimension à part dans la myriade de groupuscules islamistes mondiaux. Pour le fond, l'aqmi s'intéresse dans un premier temps à la politique intérieure Algérienne. La période de guérilla opposant les terroristes à l'armée Algérienne fera plusieurs centaine de morts. Mais récemment la France est rentrée de plein pied dans la liste des pays ciblés par le groupe. Les travaux législatifs autours du voile puis de la burqa en France auraient donné du grain à moudre à la nébuleuse en recherche de combat idéologique. Ainsi on soupçonne l'aqmi d'être à l'origine des préparations d'un attentat manqué visant le marché de noël de Strasbourg. Avec l'épilogue Germaneau une nouvelle aire s'ouvre peut être dans l'implication des forces française au Maghreb.