Alger: nouvelle manifestation pour l'emploi, vite dispersée

23 juin 2013 à 12h50 par La rédaction

Alger (AFP)

Une cinquantaine de contractuels travaillant pour la fonction publique ont une nouvelle fois manifesté dimanche à Alger pour dénoncer la précarité de leur contrat, et leur rassemblement a été rapidement dispersé par les autorités.

Les contestataires manifestent régulièrement, sans prévenir les autorités, pour demander leur intégration à la fonction publique et dénoncer le système dit du "pré-emploi" qui limite à trois ans leur contrat.

"Nous avons décidé de ne plus annoncer les dates et les lieux des manifestations pour que les policiers n'embarquent pas tous ceux qui sont soupçonnés de venir participer à ces manifestations", a expliqué un manifestant. 

Le mouvement de dimanche n'a pas duré plus d'une demi-heure avant d'être dispersé par les forces de l'ordre. 

Les manifestations sont interdites à Alger malgré la levée de l'état d'urgence en 2011 dans le pays et les forces de l'ordre ont déjà procédé à des interpellations lors de précédents rassemblements.

Dimanche, les employés sous contrat à durée déterminée, ont été rejoints par d'autres protestataires, ceux du "filet social", c'est-à-dire des employés occasionnels qui reçoivent un minimum mensuel.

Ainsi Hafida, 42 ans, a déclaré être venue d'Oran pour participer au mouvement."J'ai souffert durant 13 ans du chômage et quand l'Etat a décidé de me trouver un emploi il m'a intégrée dans le filet social parce que je suis trop vieille", a-t-elle raconté, affirmant gagner 5.040 dinars (environ 50 euros) par mois.