Algérie: baisse de 41% des charges sur l'huile et le sucre (gouvernement)

Par La rédaction

ALGER (AFP)

Le gouvernement algérien a annoncé samedi soir l'exonération à titre temporaire de 41% des charges imposées aux importateurs et producteurs d'huile et de sucre, pour contrer la flambée des prix des produits de base à l'origine de violentes émeutes.

Dans un communiqué, le gouvernement indique que ces "exonérations temporaires et exceptionnelles" concernent les "droits de douanes, de TVA et d'IBS (Impôt sur le bénéfice des sociétés), sur le sucre roux et sur les huiles alimentaires".

Cela "représente un total de charges de 41% qui vient en déduction des prix de revient", précise le communiqué publié à l'issue de plusieurs heures de réunion interministérielle.

Ces mesures, destinées à "faire face à la hausse subite des prix de certains produits alimentaires de base", sont applicables rétroactivement depuis le 1er janvier et jusqu'au 31 août 2011.

Dans son communiqué, le gouvernement précise qu'il "attend des producteurs et des distributeurs d'en répercuter en urgence les effets sur les prix de vente aux consommateurs".

Il a également annoncé la tenue d'une réunion urgente "dans les prochaines heures" entre le ministre du Commerce Mustapha Benbada et les opérateurs concernés.

Les émeutes, lancées le 5 janvier surtout par les jeunes Algériens dans plusieurs régions du pays, ont fait trois morts et quelque 400 blessés, selon des sources officielles.

Confronté aux plus graves émeutes depuis plus de 20 ans dans ce pays, le gouvernement a ajouté qu'il "définira en concertation avec les opérateurs concernés un système de stabilisation permanente des prix du sucre et des huiles alimentaires" pour éviter une instabilité des prix provoquée par les fluctuations des cours sur le marché international.

L'Etat algérien qui subventionne nombre de produits de base et de services a également rappelé le maintien à son prix actuel de l'un d'entre eux, le blé.

En outre, "et pour contenir les spéculations apparues sur la farine, le quota de blé tendre fourni à chaque minoterie est porté de 50% à 60% de leur capacité de trituration" et cette mesure devra s'appliquer dès dimanche, a-t-il indiqué.

Pour ce qui est des nouvelles mesures de facturation destinées à introduire davantage de transparence dans les comptes, le gouvernement a rappelé qu'elles ne seront applicables qu'à partir de fin mars.