Algérie: Karim Tabbou, figure de la contestation, jugé en appel le 27 septembre

28 juin 2021 à 13h49 par AFP

AFRICA RADIO

Prévu lundi, le procès en appel de Karim Tabbou, figure du mouvement de contestation du Hirak en Algérie, accusé d'"atteinte au moral de l'armée", a été reporté au 27 septembre, selon une association de soutien aux détenus du Hirak.

"Le procès en appel de Karim Tabbou, initialement prévu ce lundi 28 juin à la cour de Tipaza (à l'ouest d'Alger), a été renvoyé au 27 septembre", a indiqué le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) sur sa page Facebook.Karim Tabbou, 47 ans, a été condamné en première instance le 7 décembre 2020 par le tribunal de Koléa, près d'Alger, à un an de prison avec sursis et une amende de 100.000 dinars (environ 640 euros) pour "atteinte au moral de l'armée".Lors du procès, le procureur avait réclamé trois ans de prison ferme et une amende de 100.000 dinars à l'encontre de l'opposant, ancien détenu d'opinion.Arrêté le 26 septembre 2019 dans le cadre de cette affaire, il avait été emprisonné pendant neuf mois avant de bénéficier d'une libération conditionnelle le 2 juillet 2020.Dans une autre affaire, Karim Tabbou avait été condamné en appel le 24 mars 2020 à un an de prison ferme pour le même chef d'"atteinte à la sûreté nationale", en raison d'une vidéo publiée sur la page Facebook de son parti dans laquelle il critiquait l'ingérence de l'armée dans les affaires politiques, peine qu'il a déjà purgée. Chef d'un petit parti d'opposition non agréé par les autorités, l'Union démocratique et sociale (UDS), il est l'un des visages les plus populaires du Hirak, mouvement antisystème inédit né en février 2019.En outre, Karim Tabbou a été placé le 29 avril sous contrôle judiciaire à la suite d'une altercation avec Bouzid Lazhari, le président du Conseil National des Droits de l'Homme (CNDH), un organisme officiel.Il a été arrêté le 10 juin par les services de sécurité avant d'être relâché le lendemain, à la veille des législatives anticipées. A l'approche de cette échéance électorale, les autorités se sont efforcées de neutraliser le Hirak, interdisant ses manifestations, et multipliant les arrestations et les poursuites judiciaires visant opposants politiques, militants hirakistes, journalistes et universitaires.Selon le CNLD, quelque 300 personnes sont actuellement incarcérées pour des faits en lien avec le Hirak et/ou les libertés individuelles.