Dépêches AFP

Algérie: la marche des étudiants à nouveau empêchée, nombreuses interpellations

04 mai 2021 à 21h03 Par AFP
La police algérienne a empêché des étudiants de manifester mardi à Alger pour la deuxième semaine consécutive, interpellant des dizaines de personnes avant qu'elles ne puissent commencer à défiler, a constaté un journaliste de l'AFP. Les forces de l'ordre étaient déployées dès le début de la matinée en grand nombre dans le centre de la capitale et dans les rues avoisinantes.Les étudiants ont essayé de changer leur lieu de rassemblement habituel pour tenter de défiler, mais la présence massive de policiers et les interpellations ont mis un terme à leur tentative.Des policiers en civil ont d'abord arrêté les meneurs étudiants, selon des témoins. Selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), plusieurs personnes ont ensuite été relâchées, mais au moins 25 autres étaient toujours retenues dans des commissariats en début de soirée.Parmi les manifestants interpellés figurent le leader étudiant Abdenour Aït Saïd et l'activiste Zaki Hannache, défenseur des détenus d'opinion, a précisé le CNLD. Abdenour Aït Saïd a été placé en garde à vue dans la soirée et sera présenté jeudi devant le procureur du tribunal de Sidi M'hamed à Alger, d'après la même source. Il avait déjà été arrêté la semaine dernière.Selon le vice-président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (LADDH), Saïd Salhi, "la répression se poursuit toujours, les interpellations ciblent les hirakistes pacifiques. Le pouvoir décide de re-remplir les prisons".Il y a une semaine, les policiers avaient déjà empêché les étudiants de manifester comme ils le font chaque mardi à Alger, une première depuis la reprise fin février des marches du mouvement prodémocratie du Hirak. Ils avaient également procédé à des arrestations.Les manifestants arrêtés mardi dernier avaient été relâchés après avoir été contraints de signer un document au commissariat dans lequel ils s'engageaient à ne plus participer aux marches hebdomadaires, sous peine d'être incarcérés en cas de récidive, selon Saïd Salhi.En revanche, des marches d'étudiants se sont déroulées mardi sans incident en Kabylie, à Tizi-Ouzou et Bejaïa (nord-est), selon des médias locaux.Selon le CNLD, plus de 70 personnes sont actuellement incarcérées, poursuivies pour des faits en lien avec le Hirak et/ou les libertés individuelles.Né en février 2019 du rejet massif d'un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika, le Hirak réclame un changement radical du "système" politique en place depuis l'indépendance en 1962.