Algérie: menacé de destitution, le chef du FLN va demander un vote de confiance

23 mai 2012 à 11h52 par La rédaction


ALGER (AFP) - (AFP)

Le patron du Front de libération nationale (FLN, parti présidentiel) algérien, Abdelaziz Belkhadem, visé par une procédure de destitution lancée par des dirigeants du parti, va demander un vote de confiance, a déclaré le porte-parole de cette formation mercredi au journal El Khabar.

"Si ses adversaire ont préparé un retrait de confiance, M. Belkhadem va venir à la réunion du comité central du (14 juin) armé d'une motion de soutien signée par ses partisans qui vont réclamer son maintien à la tête du parti", a déclaré M. Kassa Aïssi.

Des membres de la direction du FLN, grand vainqueur du scrutin législatif du 10 mai, avaient annoncé samedi avoir lancé une procédure de destitution contre M. Belkhadem, accusé par ses détracteurs d'avoir favorisé le "clientélisme"

Le chef de file de ce courant réformateur, l'ancien ministre Boudjemaâ Haichour, avait indiqué à l'AFP que 210 sur 345 membres du Comité central du parti ont retiré leur confiance à M. Belkhadem.

Une motion anti-Belkhadem sera soumise au comité central qui doit se réunir les 14 et 15 juin à Alger, avait-il précisé.

M. Belkhadem, un homme du sérail qui assume aussi le portefeuille de ministre d'Etat, représentant personnel du président Abdelaziz Bouteflika, est confronté depuis des mois à une fronde menée par des membres du Comité central du parti qui réclament la tenue d'une session extraordinaire pour le remplacer.

Parmi les opposants à M. Belhadem figurent d'anciens ministres, selon M. Haïchour.Ils reprochent notamment à M. Belkadem de favoriser "le clientélisme en maintenant dans ses structures des personnalités dépassées par l'évolution du pays"

Le FLN est arrivé en tête du scrutin du 10 mai avec 221 sièges sur 462, suivi de son allié le Rassemblement national démocratique du Premier ministre Ahmed Ouyahia avec 70 sièges.La nouvelle assemblée nationale sera installée samedi.