Algérie: un ancien préfet d'Alger, proche à Bouteflika, condamné et incarcéré

8 décembre 2020 à 17h44 par AFP

AFRICA RADIO

L'ancien préfet d'Alger, Abdelkader Zoukh, proche du président algérien déchu Abdelaziz Bouteflika, a été condamné mardi à deux peines de prison ferme de quatre et cinq ans pour corruption par le tribunal de Tipaza (à l'ouest d'Alger), a rapporté l'agence officielle APS.

Le tribunal a également prononcé un mandat de dépôt à l'encontre du condamné qui a été incarcéré, ajoute APS. En Algérie, les peines ne sont pas cumulables et la plus lourde prévaut sur les autres.M. Zoukh, 71 ans, wali (préfet) d'Alger entre 2013 et 2019, a écopé de deux condamnations à de la prison ferme pour "l'octroi de privilèges" à la famille de l'ancien chef de la police algérienne, Abdelghani Hamel, et à celle d'un ancien patron de l'industrie automobile, Mahieddine Tahkout. Tous deux sont derrière les barreaux.L'ancien préfet était poursuivi pour "dilapidation délibérée de deniers publics par un fonctionnaire", "utilisation illégale de biens et de deniers publics qui lui ont été confiés en vertu de sa fonction" et "abus de fonction et violation des lois et règlements dans le but d'obtention d'avantages pour un tiers", selon l'accusation.Il lui est notamment reproché d'avoir octroyé un logement social à la fille de M. Hamel et d'avoir cédé à l'épouse de ce dernier "neuf locaux commerciaux à un prix dérisoire".Fin juin, M. Hamel avait été condamné en appel à 12 ans de prison ferme pour "enrichissement illicite" et "détournement de foncier", des faits pour lesquels il avait été inculpé et écroué en juillet 2019.Ses enfants, poursuivis dans la même affaire, ont également reçu des peines allant de une à huit années de prison. Son épouse a elle été condamnée à un an de prison avec sursis.En novembre, M. Tahkout, l'un des hommes d'affaires les plus influents de la présidence Bouteflika, a été condamné à 14 ans de prison ferme. Il avait écopé de 16 ans d'emprisonnement en première instance.Les vastes enquêtes pour corruption et népotisme lancées après la démission en avril 2019 de M. Bouteflika sous la pression d'un soulèvement populaire inédit ont conduit à une série d'actions en justice et de condamnations à de lourdes peines de prison.Ces sentences ont dévoilé l'ampleur de la corruption et des fortunes amassées par les hommes du sérail de l'ancien chef d'Etat, touchant anciens ministres, hauts fonctionnaires et hommes d'affaires.