Angola: inquiétudes après la mort d'un journaliste et plusieurs agressions

17 novembre 2010 à 12h20 par La rédaction

LUANDA (AFP)

Le syndicat des journalistes angolais (SJA) s'est dit inquiet mercredi après le meurtre d'un journaliste, Alberto Tchakussanga, et l'agression de deux de ses confrères au cours des trois derniers mois, des crimes jusqu'à présent non élucidés.

Alberto Tchakussanga, journaliste de Radio Despertar, une station proche de l'opposition, a été tué par balles à son domicile le 5 septembre.

Un reporter de la chaîne privée TV Zimbo, Norberto Abias Sateko, a été blessé par balles fin septembre, et un animateur de Radio Despertar, Antonio Manuel Da Silva, a été poignardé le 22 octobre dans une station service près de Luanda.

Au lendemain de cette dernière agression, le journaliste d'investigation Rafael Marques s'est dit victime d'intimidations de la part de la police en raison de sa profession.

"Quand un journaliste est pris pour cible, le syndicat est préoccupé (...) Nous souhaitons qu'une enquête soit menée pour savoir s'il y a un lien entre leur travail de journaliste et les violences" dont ils ont été victimes, a déclaré à l'AFP la secrétaire générale du SJA, Luisa Rogério.

Elle a précisé avoir envoyé un courrier au ministre de l'Intérieur Sebastião Martins, resté sans réponse pour l'instant.

Les auteurs des agressions n'ont jusqu'à présent pas été identifiés, a indiqué Mme Rogério.

Reporters sans frontières (RSF) a également adressé un courrier au ministre angolais de l'Intérieur pour lui exprimer "sa vive inquiétude suite à la série d'attaques violentes subies récemment par des professionnels des médias".

L'Angola est classé 104e sur 175 pays dans le classement 2010 de RSF sur la liberté de la presse.