Angola: une ONG dénonce la mainmise du régime sur la justice

21 mai 2012 à 13h01 par La rédaction


LUANDA (AFP) - (AFP)

L'organisation non-gouvernementale angolaise Association justice, paix et démocratie (AJPD) a dénoncé lundi la mainmise du régime sur la justice, malgré une décision récente de la Cour suprême invalidant la nomination d'une proche du pouvoir à la tête de la commission nationale électorale.

"Nous respectons la décision de la Cour suprême sur le cas de Mme Inglês, mais nous déplorons en même temps le fait que cette décision ait été orientée par le pouvoir politique en place, qui contrôle tous les appareils de l'Etat en vue d'essayer de faire bonne figure à quelques mois des élections générales", a déclaré par téléphone à l'AFP Antonio Ventura, le président d'AJPD.

La Cour avait fait droit jeudi à une plainte de l'opposition, qui estimait que Mme Suzana Inglês n'était pas légitime pour diriger la commission nationale électorale (CNE), chargée de préparer le scrutin prévu fin 2012.

Figure du parti au pouvoir, Mme Inglês n'est en effet pas magistrate, alors que c'est l'une des conditions posées par la loi pour prendre la tête de la CNE.

Selon M. Ventura, la décision de la Cour suprême prête à confusion, car c'est le même juge qui avait validé la candidature de Mme Inglês à la tête de la CNE, en tant que responsable du Conseil supérieur de la magistrature, qui l'a ensuite invalidée, cette fois en sa qualité de président de la Cour suprême.

"Il est important de savoir maintenant si les décisions déjà prises par Mme Inglês à la CNE seront aussi invalidées ou validées", s'est interrogé le président d'AJDP, qui critique régulièrement la pression du régime du président Jose Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis 32 ans, sur les décisions des tribunaux.