Annulation de la sentence de mort contre une jeune soudanaise "violée" (avocat)

26 juin 2018 à 14h19 par AFP

AFRICA RADIO

Une cour d'appel a annulé mardi la sentence de mort contre une jeune Soudanaise condamnée à la peine capitale pour avoir tué son mari qu'elle accuse de l'avoir violée, a annoncé son avocat.

En mai, un tribunal soudanais avait condamné à mort Noura Hussein, reconnue coupable du "meurtre intentionnel" de l'homme que son père l'avait forcée à épouser à l'âge de 16 ans et qui, selon elle, l'avait violée.La condamnation à mort de la jeune femme, aujourd'hui âgée de 19 ans, a déclenché l'indignation internationale, notamment de l'ONU et de groupes de défense des droits de l'Homme. Et son avocat Al-Fateh Hussein a interjeté appel de cette décision."La cour d'appel a annulé la sentence de mort et a condamné la (jeune femme) à cinq ans de prison" et à payer une amende de 337.500 livres soudanaises (12.000 dollars), a dit mardi M. Hussein à l'AFP. La peine de prison court depuis la date de son arrestation, en mai 2017. Des militants avaient lancé une campagne intitulée "Justice pour Noura" après sa condamnation à mort.Selon Amnesty International, Noura Hussein a été mariée de force à l'âge de 16 ans. Lorsqu'elle a refusé de consommer le mariage, son mari a appelé en mai 2017 deux de ses frères et un cousin pour qu'ils l'aident à la violer. Quand il a essayé de la violer une deuxième fois, elle l'a poignardé à mort, selon l'ONG.Au Soudan, la loi autorise le mariage des enfants de plus de 10 ans. L'ONU a exhorté le Soudan à modifier ses lois pour criminaliser la violence domestique et le viol conjugal.ab-jds/tp/vl