Après l'attaque de Solhan, circulation à moto interdite dans le nord

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Burkina Faso, où 160 personnes ont été tuées ce weekend dans une attaque contre un village du nord du pays, a interdit "jusqu'à nouvel ordre" la circulation des engins à deux et trois roues dans cette région, a annoncé lundi le gouverneur de la région du Sahel.

"La circulation des engins à deux roues (motocyclettes et cyclomoteurs) et à trois roues (triporteurs) est formellement interdite sur une partie du territoire de la région du Sahel à compter" de lundi et "jusqu'à nouvel ordre", a indiqué dans un communiqué le gouverneur, le colonel Salfo Kaboré.Toute l'étendue de la province du Yagha où est situé le village de Solhan attaqué, et plusieurs autres communes des provinces de l'Oudalan, du Séno et du Soum, - qui font partie de la région du Sahel - sont également concernées, sauf autorisation exceptionnelle.Dans la nuit du vendredi à samedi, 160 civils ont été tués dans une attaque menée par des assaillants armés circulant à moto, selon des sources sécuritaires.Les victimes ont surtout été recensées dans un site d'orpaillage qui jouxte le village, selon le gouvernement, et le gouverneur a également ordonné "la fermeture de tous les sites aurifères artisanaux et la suspension de toutes les activités liées à l' exploitation de l'or sur ces sites sur toute l'étendue des provinces de l'Oudalan et du Yagha", à compter de lundi.Ces mesures s'ajoutent à un couvre-feu instauré dans ces zones de 19h00 (locales et GMT) à 05h00, en vigueur depuis octobre 2019 et régulièrement prorogé depuis.Le Burkina Faso, pays sahélien pauvre frontalier du Mali et du Niger, est confronté depuis six ans à des attaques jihadistes de plus en plus fréquentes et meurtrières.Les Forces de sécurité peinent à enrayer la spirale de violences jihadistes qui ont fait depuis 2015 plus de 1.400 morts et plus d'un million de déplacés fuyant les zones de violences.