Après les manifestations, des citoyens nettoient l'avenue Bourguiba

Par La rédaction

TUNIS (AFP)

Balais et sacs poubelles en main, des Tunisiens ordinaires ont nettoyé mardi soir, sous les applaudissements, l'avenue Bourguiba, dans le centre de Tunis, où une journée de manifestations a laissé son lot de détritus, papiers de toutes sortes et banderoles déchirées.

"Nous voulons nettoyer notre pays des détritus et des idées mauvaises qui polluent les esprits", déclare entre deux coups de balai, Latifa Tounsi, une femme corpulente portant un manteau noir.

"Bravo", crie un passant intrigué par la vue du groupes de femmes et de jeunes, qui animent cette initiative citoyenne, au terme d'une nouvelle journée de manifestation demandant la démission du gouvernement de transition, dominé par des caciques de l'ancien régime du président déchu Zine El Abidine Ben Ali.

"Nous voulons aussi nettoyer le pays des voleurs et des corrompus", renchérit Soulaf, chef d'entreprise qui habite la banlieue chic de Nasr, au nord de la capitale et qui fait équipe avec Mme Tounsi, qui vient elle du quartier populaire de Mourouj, dans le sud de Tunis.

Cette dernière explique avoir enragé en voyant un reportage sur une chaîne satellitaire arabe sur les poubelles qui commencent à s'amonceler dans les rues de Tunis.

"J'ai pris mon balai et j'ai commencé par devant chez moi (...), avant d'arriver ici", raconte-t-elle.

Les agents municipaux, en grève pour des revendications salariales, n'ont pas ramassé les poubelles dans le centre de Tunis depuis lundi.

L'opération de nettoyage s'achève devant un grand hôtel de Tunis par des cris de joie.Les participants chantent l'hymne national en brandissant leurs balais et leurs serpillières avant de se disperser.

Mais la journée n'est pas finie pour Mme Tounsi.

"Excusez moi, je dois y aller maintenant", dit-elle en montrant un sac de vêtements chauds, qu'elle destine aux manifestants qui campent jour et nuit devant le bureau du Premier ministre pour exiger le départ du gouvernement.