Athlétisme à Berlin: le Kényan Rudisha vole la vedette à Semenya en battant le record du monde du 800 m

Par La rédaction

BERLIN (AFP)

Le Kényan David Lekuta Rudisha a créé la sensation dimanche à Berlin en battant le record du monde du 800 m détenu depuis 1997 par le Danois Wilson Kipketer, reléguant ainsi le retour dans la capitale allemande de la Sud-Africaine Caster Semenya au second plan.

Un an après son échec des Mondiaux-2009 où il avait été éliminé en demi-finale à cause d'une erreur tactique, Rudisha, 21 ans, s'est racheté avec brio.

Le champion du monde juniors 2006 a amélioré avec un chrono d'1 min 41 sec 09/100 l'un des plus anciens records du monde de l'athlétisme masculin, celui de son ex-compatriote naturalisé danois Wilson Kipketer (1:41.11) qui tenait depuis le 24 août 1997.

Le Kényan de 21 ans a été idéalement lancé par son compatriote Sammy Tangui qui, dans le rôle du "lièvre", a bouclé le premier 400 m en 48 sec 65/100.

"Dès mon réveil, je l'ai senti et je me suis dit: +Aujourd'hui, je vais réussir une grande course+", a expliqué Rudisha qui était devenu en juillet le deuxième performeur sur la distance avec un temps d'1 min 41 sec 51/100.

"C'est la première fois que je courais vraiment pour battre le record du monde, je sais maintenant que je peux aller plus vite".

Originaire de Kilgoris, en plein pays massaï, le nouveau recordman du monde est le fils d'un ancien athlète de haut-niveau, Daniel, spécialiste du 400 m et sélectionné olympique en 1968 pour le relais 4x400 m.

Kipketer lui-même l'a adoubé depuis quelque temps déjà même s'il n'était pas parvenu à se qualifier pour les jeux Olympiques de Pékin.

"Je ne pouvais pas mieux me racheter après mon échec de l'an dernier" à Berlin, a souligné le Kényan, invaincu en 13 courses depuis août dernier.

Caster Semenya a, elle-aussi, réussi son retour très attendu à Berlin.

Sacrée championne du monde à la surprise générale sur 800 m, la Sud-Africaine avait soulevé une polémique et obligé la Fédération internationale à lancer une enquête alors que des soupçons pesaient sur son genre sexuel.

Autorisée en juillet à recourir après onze mois d'enquêtes, d'expertises et de polémiques, Semenya, 19 ans, disputait son premier gros meeting à Berlin et s'est imposée en passant sous la barre des 2 minutes, son objectif.

"Je n'ai pas pensé à ce qui s'est passé depuis mon titre, je me suis juste concentrée sur ma course.Je suis contente de mon temps", a souligné Semenya qui, après trois autres meetings en Europe, participera en octobre aux jeux du Commonwealth en Inde.

La réunion de Berlin, qui ne fait pas partie de la Ligue de diamant, a également permis à l'Ethiopien Tariku Bekele d'établir la meilleure performance mondiale de l'année sur 3000 m en 7 min 28 sec 99/100.

En revanche, un an jour pour jour après son titre mondial à la perche, l'Australien Steven Hooker, également champion olympique en titre, a connu une nouvelle déconvenue avec un nouveau zéro, comme à Oslo, Paris et Londres.