Attenats: le président ougandais Museveni déterminé à maintenir ses troupes en Somalie

22 décembre 2010 à 10h40 par La rédaction

KAMPALA (AFP)

Le président ougandais Yoweri Museveni a affirmé mercredi que les "attentats terroristes" ne l'amèneront pas à retirer ses troupes de Somalie, deux jours après un attentat à la grenade à Nairobi au départ d'un autocar assurant la liaison avec Kampala.

La police kenyane a lié cet attentat qui a fait trois morts lundi, aux islamistes somaliens shebab.

"L'Ouganda ne cédera pas face aux actions terroristes", a déclaré le président ougandais, dans un communiqué où il a présenté ses condoléances aux victimes de l'attentat de Nairobi.

"Après les explosions de bombes à Kampala lors de la Coupe du Monde, rappelle-t-il, les shebab ont cru à tort que les Ougandais abandonneraient leurs frères et soeurs somaliens.Le maintien des troupes ougandaises en Somalie a prouvé aux Somaliens qu'ils peuvent compter sur leur allié ougandais".

Le 11 juillet, des attentats à la bombe contre deux restaurants de Kampala qui retransmettaient la finale de la Coupe du monde de football avaient fait 76 morts.

Ils avaient été revendiqués par les insurgés somaliens shebab qui se réclament d'Al-Qaïda et qui affirmaient avoir agi en représailles au déploiement à Mogadiscio de 8.000 militaires ougandais et burundais de la force de paix africaine (Amisom) qui soutient le gouvernement de transition (TFG).

L'attentat de Nairobi lundi n'a pas été revendiqué.Il est intervenu le jour où le chef de la police en Ouganda avait fait état de possibles attentats islamistes à Kampala, liés au déploiement de troupes ougandaises en Somalie, à l'approche des fêtes de fin d'année.

L'explosion a eu lieu en début de soirée en plein centre de la capitale kényane, dans une rue très fréquentée.

L'un des trois tués est un suspect qui portait le bagage contenant une grenade de fabrication russe qui a explosé, a déclaré à la presse le chef de la police kényane, Mathew Iteere.