Attentats de Kampala: l'accusation renonce à poursuivre 17 des 36 suspects

Par La rédaction

KAMPALA (AFP)

Le parquet de Kampala a abandonné ses poursuites contre 17 des 36 suspects dans l'enquête sur le double attentat meurtrier qui avait fait 76 morts le 11 juillet, le soir de la finale de la Coupe du monde de football, dans la capitale ougandaise.

Le procureur Lino Anguzu a annoncé lors d'une audience mardi à Kampala que 17 suspects actuellement en détention provisoire dans le pays seraient par ailleurs jugés, a constaté un journaliste de l'AFP.

Deux autres suspects sont également poursuivis dans le cadre de cette même enquête dans des pays voisins, mais les procédures visant à leur extradition vers l'Ouganda n'ont pas abouti à ce jour.

Le procès ne devrait pas débuter avant mars 2011, a précisé le procureur Anguzu.

A l'issue de l'audience, M. Anguzu a assuré à l'AFP détenir des éléments à charge probants contre les 17 accusés: "si nous n'avions pas de preuves contre eux, nous ne les jugerions pas".

Parmi eux figure le Kényan Al-Amin Kimathi, fondateur du Forum musulman des droits de l'homme, une association kényane.

L'un de ses avocats, Ladislaus Rwakafuuzi, a exprimé sa déception: "nous nous attendions vraiment à ce que les charges pesant contre lui soient abandonnées".

Une chercheuse de l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW), Maria Burnett, a estimé que M. Kimathi payait peut-être le prix de son engagement passé en faveur de suspects arrêtés dans de précédentes enquêtes terroristes dans la région.

"Le procès doit se tenir rapidement", a jugé Mme Burnett."Nous sommes préoccupés par le fait que les poursuites contre Al-Amin Kimathi puissent constituer une tentative de réduire au silence ses critiques contre la lutte anti-terroriste en Afrique de l'Est", a-t-elle poursuivi.

M. Kimathi avait été arrêté en septembre près de Kampala où il comptait observer le déroulement de l'enquête.

Le double attentat de Kampala a été revendiqué par les insurgés somaliens shebab et a démontré leur capacité à frapper, pour la première fois, à plusieurs centaines de kilomètres de leurs bases.